Documents

Haiti - Elections : Le Groupe des 184 " prend acte de l’élection de Monsieur René Préval comme président "


dimanche 19 février 2006

Note de presse du Groupe des 184

Document soumis à AlterPresse le 19 février 2006

Le Groupe des 184+ a salué, dans sa dernière note, l’immense énergie que le peuple haïtien a deployée à l’occasion des élections du 7 février malgré les carences d’organisation. Et cette affirmation de citoyenneté a été reconnue nationalement et internationalement.

Il est dommage que le comptage des voix et la proclamation des résultats aient déclenché une crise qui, encore une fois malheureusement, a été résolue sous l’effet des pressions diverses et non à partir des prescrits de la Constitution et de la loi électorale. En effet, la Constitution de 1987 en son article 191, repris par le décret électoral en son article 1, consacre l’indépendance du Conseil Electoral Provisoire dans toutes les opérations électorales jusqu’à la proclamation des résultats du scrutin. Le Groupe des 184+ rappelle aussi les dispositions de l’article 185 du décret électoral considérant comme valides et comptabilisables les bulletins ne comportant aucun choix, communément appelés votes blancs. Ces dispositions n’ont pas été respectées. Et en ce sens nous déplorons qu’une occasion historique d’institutionnalisation de la vie politique ait été à nouveau râtée.

On peut citer parmi les facteurs negatifs qui ont conduit à ce mode de solution de la crise : l’ingérence inadmissible de l’Exécutif, la pression continue d’un secteur de la communauté internationale, la violence de la rue brandie comme une menace, les divisions internes qui ont toujours caracterisé le CEP et qui ont été exploitées de facon outrancière ces derniers jours.

Compte tenu de l’avance dont jouissait Monsieur René Preval, accepter d’aborder un quinquénat avec un déficit de légitimité est un handicap inutile qui aurait pu être évité. En dépit de ce déficit evident, le Groupe des 184+ prend acte de l’élection de Monsieur René Préval comme Président de la République. L’abandon du processus légal rendra plus difficile la tache incontournable qui attend le Président Préval et son Gouvernement : travailler à sortir le pays de son état de détresse. Cela ne peut se faire, contrairement au décompte des votes, que dans le respect de la loi et de la règle républicaine. Cela ne peut se faire qu’avec la collaboration d’un Parlement légitime, avec l’apport des autres forces politiques, celui des citoyennes et citoyens, et de cette moitié de la population qui a voté autrement et qui appartient majoritairement au peuple des provinces et du monde rural. Nous attendons de lui les paroles et surtout les actions nécessaires pour que toutes les citoyennes et tous les citoyens soient inclus dans le processus de construction nationale afin que nous sortions de plusieurs années de corruption, de crimes de sang, d’incompétence et de destruction systématique des institutions.

Nous considérons comme critique la poursuite du processus électoral dans le respect de la loi et des procédures en ce qui a trait aux élections législatives et locales. Après la proclamation de la nuit du 15 février 2006, quels critères le CEP va-t-il désormais employer pour le décompte des voix ? Nous souhaitons que le Conseil Electoral Provisoire corrige des problèmes signalés dans notre communiqué du 10 février 2006. Plus que l’identité des vainqueurs des joutes électorales, c’est la réalisation d’élections de plus en plus crédibles et différentes de celles realisées dans le passé, qui créeront les conditions pour que soient résolus les problèmes cruciaux de notre pays.

Le Groupe des 184+ poursuivra de son coté, son expérience de plus de trois (3) années de travail de proximité avec la population, à travers le Nouveau Contrat Social, en vue de la construction d’un avenir où toutes les citoyennes et tous les citoyens de ce pays auront l’opportunité d’une vie meilleure.

Port-au-Prince, le 17 février 2006.

Pour le Groupe 184+ :

Jean-Claude CERIN, Secrétaire Exécutif

Yanick LAHENS, Responsable des Activités du Nouveau Contrat Social

André M. APAID, Coordonnateur Général

Pour les Secteurs :

Jean Claude LEBRUN, Secteur Paysan

Jessie BENOIT, Secteur Femmes

Jean Claude BAJEUX, Droits Humains

Pierrot EXAMA, Etudiants et Jeunes

Florence MAITRE, Secteur des Organisations

Ernst SAINTIL, Secteur des Organisations Populaires

Rosny DESROCHES, Secteur Civique

Jude Charles FAUSTIN, Secteur Education

Georges BEAUVOIR, Secteur Professionnel

Ancelot FLEURANT, Secteur Syndical

Georges CELCIS, Secteur Privé