Français

Mar del Plata : La situation d’Haiti dénoncée au IIIe Sommet des Peuples


jeudi 3 novembre 2005

P-au-P., 3 nov. 05 [AlterPresse] --- Le directeur général de l’Institut Culturel Karl Lévêque (ICKL), Marc Arthur Fils-Aimé, a dénoncé ce jeudi 3 novembre au IIIe sommet des peuples, en Argentine, la situation d’Haiti, à la veille d’élections sous « occupation militaire » étrangère.

Intervenant à Mar del Plata en tant que représentant de la Plate-forme Haitienne de Plaidoyer pour un Développement Alternatif (PAPDA), Fils-Aimé a affirmé qu’Haïti est occupée par des militaires de l’Afrique, de l’Amérique latine, « surtout du Brésil et de l’Argentine ».

Selon le directeur de l’ICKL, ces militaires, appartenant à la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d’Haiti (MINUSTAH), ne sont pas là pour aider le peuple haitien. Ce dernier a besoin d’une autre aide, a-t-il dit, en prenant en exemple la coopération cubaine avec Haiti.

Depuis 2001, un personnel cubain de santé, composé de plus de 500 personnes, dont 300 médecins, oeuvre dans divers départements d’Haiti.

Tout au cours de son histoire, a expliqué Fils-Aimé, Haïti a systématiquement été victime d’occupations militaires prolongées, présentées comme une « Aide de la Communauté Internationale ».

Ce qu’il faut à Haïti est « la véritable indépendance » avec un gouvernement qui exerce le pouvoir en fonction des revendications des citoyens, « sans contrainte visible ou invisible des Etats-Unis », a martelé Marc Arthur Fils-Aimé. Il a pointé du doigt l’implication présumée des Etats-Unis dans la préparation des élections prévues pour la fin de l’année en Haiti.

Le militant a estimé que ce pays des Caraibes est un « les plus punis par l’impérialisme ».
Il a mis l’accent sur la réalité haïtienne, faite aujourd’hui de « pauvreté, analphabétisme, militarisation et soumission ».

A propos des forces sociales alternatives, Fils-Aimé a fait savoir qu’elles ont été dispersées par le coup d’état militaire de 1994 contre la première administration de l’ancien président Jean Bertrand Aristide. « Il s’agit maintenant d’aider les secteurs populaires à se restructurer afin de mettre en place cette force alternative en vue de parvenir à une autonomie et une indépendance rélles », a-t-il conclu.

Le IIIe Sommet des Peuples se tient parallèlement au IVe Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement des Amériques, qui se déroule les 4 et 5 novembre à Mar del Plata. [gp apr avec pulsar 03/11/2005 08:40]