Dépêches

Haïti - Arts : En hommage au célébrissime peintre défunt André Pierre


vendredi 28 octobre 2005

P-au-P, 28 oct. 05 [AlterPresse] --- Une « cérémonie mémoire », en hommage au feu artiste peintre haïtien André Pierre, est prévue pour ce 28 octobre 2005 au Musée d’Art Haïtien à Port-au-Prince, avec la participation du tambourineur Lenor Fortuné (Azor) et de la troupe de danse Viviane Gauthier, a annoncé Colette Pérodin Armenta de la Fondation Culture Création, à l’occasion d’un point de presse, auquel a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

Dans le cadre de cette même activité, une dizaine de sculpteurs haïtiens, Ludovic Booz, Ronald Bazile (Chéby), Joseph Marc Antoine (Zaca), Falaise Péralte, Marie José Nadal, Eugène André, Jean Hérard Celeur (dit Celeur), Horace Jean Salomon (Ti Pèlen), Jean Camille (Nasson), Jose Delpé, élaborent, depuis le 25 octobre 2005, une sculpture mémoire dédiée à André Pierre, a indiqué Colette Pérodin.

La Directrice exécutive de la Fondation Culture Création a souligné que trois générations d’artistes peintres haïtiens façonnent également des fresques « Mémoire à André Pierre ».

Les créateurs, Philippe Dodard, Robert Paret, Patrick Tintin, Marie Louise Fouchard et Saint-Jean Saint-Juste, sont à pied d’œuvre au Musée d’Art Haïtien. Une deuxième génération, composée de Préfète Duffaut, Dieudonné Cédor, André Normil, Franck Louissaint, Jean Joseph Valcin (dit Valcin II) et Néhémi Jean, se trouvent au Musée du Panthéon National Haïtien (MUPANAH).

D’autres artistes, comme Pierre Pascal Mérisier (PASQà–), Marvin Victor, Reynold Laurent, Gérald Michaud, réalisent une troisième fresque à l’Ecole Nationale des Arts (ENARTS) avec le soutien des étudiants Prévaris Kevens, Josenti Larochelle, Nixon Léger de ce centre professionnel de l’Université d’Etat d’Haïti, ainsi que de Jean Idélus Edmé du Centre d’Art de Port-au-Prince.

Ces œuvres picturales et sculpturales, en souvenir à André Pierre, sont exposées à partir du 28 octobre 2005 au Musée d’Art Haïtien. Les artistes sont priés de considérer les trois dimensions du peintre disparu.

« Depuis mardi (25 octobre 2005), des sculpteurs travaillent sur une sculpture mémoire d’André Pierre. Nous leur avons demandé de tenir compte des trois facettes d’André Pierre, à savoir, Houngan, Paysan et Peintre », a précisé la Directrice de la Fondation Culture Création.

Une projection du film « André Pierre, celui qui peint le bon », réalisé par le cinéaste Arnold Antonin, aura lieu le 28 octobre au siège social de la Fondation Connaissance et Liberté (FOKAL) dans la capitale. Cette initiative de la Fondation Culture Création a reçu le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, de l’ENARTS, du MUPANAH et du Centre d’Art.

Prenant la parole au point de presse du 27 octobre, le Directeur général du Ministère de la Culture, Joseph Harold Gaspard, a jugé importante une telle manifestation, dont l’objectif est de « restituer André Pierre à la génération actuelle ».

« Ceci traduit tous nos efforts, toute notre volonté, de renforcer les relations du Ministère de la Culture avec le secteur privé. Nous avons déjà arrêté des dispositions visant à assister André Pierre de son vivant, aujourd’hui nous exprimons tous nos regrets à son départ et nous voulons que sa mémoire perdure », a renchéri le fonctionnaire.

Harold Gaspard a affirmé que le Ministère de la Culture veut « structurer ses actions auprès des créateurs artistiques et culturels du pays » dans la perspective de (re)valoriser la culture haïtienne et de mieux encadrer les talents.

Gaspard et Pérodin ont, tous deux, admis que la plupart des œuvres d’André Pierre se trouvent à l’étranger, à l’instar de tous les autres documents relatifs à l’histoire d’Haïti.

« Pratiquement, André Pierre est un paternel extrêmement important dans l’histoire de l’art. C’est dans ce sens que le MUPANAH est partie prenante dans cette activité », a, pour sa part, ajouté Marie-Lucie Vendryes, Directrice de cette institution.

Vendryes rappelle que « la mission du MUPANAH consiste à rendre hommage aux pères de la Patrie ». Mais, a-t-elle estimé, « nous avons de quoi à saluer la mémoire d’André Pierre qui est un monument historique ».

Le célébrissime peintre haïtien, André Pierre, s’est éteint à 91 ans dans la soirée du 4 octobre 2005 en sa résidence à la Croix-des-Missions, à plus d’une dizaine de kilomètres au nord de Port-au-Prince.

Il souffrait de diabète, il était devenu aveugle et faible physiquement. Mais, il a conservé sa verve et son caractère enjoué jusqu’à son départ pour l’au-delà .

Le réalisateur Arnold Antonin lui a consacré un film « André Pierre, celui qui peint le bon », qui met en exergue ses qualités de grand maître de la peinture et son parcours atypique.

« Peintre ontologique, simple médium, créateur d’icônes, fabricateurs de talismans, mystificateur génial, André Pierre est celui qui peint le beau », selon la narration du film.

Interrogée sur l’existence d’une banque audiovisuelle au Musée du Panthéon National Haïtien, Marie Lucie Vendryes indique que cette entité de l’Etat n’a rien à voir en ce sens. Cependant, la Directrice du MUPANAH affirme disposer d’« une petite banque audiovisuelle, consistant en CD et DVD, qui concerne spécifiquement l’histoire ».

« Notre vocation, c’est de préserver les biens culturels et les documents historiques. Nous travaillons sur la mise en place d’un centre documentaire, il y a des documents historiques des XVIIIe et XIXe siècles que nous essayons de conserver et qui seront accessibles au public », a-t-elle soutenu.

L’administration du Musée du Panthéon National a décidé de consacrer tout le mois d’octobre 2005 à des visites gratuites au profit du public haïtien, particulièrement d’étudiants et d’écoliers, dans l’objectif de leur permettre de découvrir les nouvelles pièces de la collection du MUPANAH, signale Marie Lucie Vendryes.

Du 1er au 27 octobre 2005, le MUPANAH a accueilli 7000 visiteurs. Le Musée du Panthéon National a adopté diverses mesures pour protéger le local, situé à proximité du Palais présidentiel, et contrôler les visiteurs qui, parfois, pénètrent l’enceinte munis d’armes à feu, a informé sa Directrice Générale, Marie-Lucie Vendryes. [do rc apr 28/10/2005 10 : 00]