Perspectives

Haïti - Droits des Femmes : Les agressions sexuelles seront punies conformément à la loi


jeudi 6 octobre 2005

P-au-P, 06 oct. 05 [AlterPresse] --- Le gouvernement provisoire d’Haïti a décidé de modifier une dizaine d’articles du Code Pénal, relatifs aux actes d’agressions sexuelles et d’attentat aux mœurs dont sont l’objet les femmes haïtiennes, a confirmé à AlterPresse la Ministre à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes (MCFDF) Adeline Magloire Chancy.

« Le viol est un crime qui cause des préjudices à la personne humaine, il y a des sanctions très sévères contre ce crime », a déclaré la responsable du MCFDF.

Adeline Magloire Chancy tient à souligner que l’agression sexuelle devient beaucoup plus sévère lorsqu’elle est commise par une autorité de rang supérieur.

« Quiconque aura commis un crime de viol, ou sera coupable de toute autre agression sexuelle, consommée ou tentée avec violence, menaces, surprise ou pression psychologique contre la personne de l’un ou l’autre sexe, sera puni de dix ans de travaux forcés », stipule désormais l’article 278 du Code Pénal.

Les articles 269 à 287 dudit Code ont subi de nombreuses modifications, suite à une décision adoptée en Conseil des Ministres au mois de juillet 2005. La Ministre à la Condition Féminine croit que ces changements se sont avérés nécessaires pour le bon fonctionnement de la société et pour le respect des droits humains.

Ce remaniement touche également la partie du Code Pénal traitant de la question d’adultère, qui constitue une violation grave des obligations découlant du mariage et qui doit être maintenu au rang des causes péremptoires de divorce.

Dans le décret de juillet 2005, le gouvernement intérimaire rappelle que les conséquences de l’adultère ne concernent que les époux , que l’intérêt des enfants, la paix des familles et la paix sociale interdisent la perpétration d’un scandale public.

Adeline Magloire Chancy voit dans les lois relatives à l’adultère une sorte de discriminations à l’encontre des femmes. C’est pourquoi, désormais, l’adultère ne figure plus dans le Code Pénal d’Haïti, il est abrogé.

Interrogée par AlterPresse sur l’utilisation du corps de la femme dans les messages publicitaires, la titulaire du MCFDF a signalé des démarches effectuées auprès de divers secteurs, en vue de porter les propriétaires d’entreprises à ne pas choisir cette voie pour promouvoir leurs produits.

« Ce qui est mauvais, c’est le fait d’offrir le corps de la femme comme une marchandise, un produit de consommation, nous avons protesté énergiquement contre cette pratique, car la nudité peut se retrouver dans les arts, dans la peinture, dans la sculpture et dans le cinéma », affirme Adeline Magloire Chancy.

Durant ces dernières années, le message publicitaire a fortement évolué en Haïti. Pour assurer la promotion de leurs produits, les entreprises haïtiennes et étrangères établies dans le pays tendent à utiliser toutes les voies de communication.

Dans l’aire métropolitaine de Port-au-Prince, des posters à l’effigie de corps de femmes, des messages inscrits sur des panneaux, sont souvent remarqués.

Cette nouvelle forme de publicité a déjà touché les villes de province. Les entrepreneurs entendent davantage vanter un produit, un service ou une marque que de susciter une émotion. [do rc apr 06/10/2005 14 :00]