Documents

Troubles en Haiti : Des Haïtiens de la Diaspora prônent "la paix des braves"


lundi 2 décembre 2002

"La solution de cette crise passe par l’engagement des acteurs dans un dialogue franc et responsable dans le cadre des negociations engagées sous l’égide de l’Organisation des Etats Americains (OEA)."


DIASPORA : DECLARATION DE PRINCIPE

Haïtiens , Haïtiennes
Frères et Soeurs d’un même pays.

A l’aube du bicentenaire de notre bicolore qui symbolise notre lutte de peuple toujours en quête de liberté et de justice, les présents événements qui secouent notre patrie commune ne sauraient nous laisser indifférents, nous, fils et filles d’Haïti vivant à l’étranger. Nous sommes à un moment décisif de notre histoire de peuple où le pays est au bord de l’abime par les effets cyniques d’une guerre de basse intensité qui s’y livre. Nous ne pouvons rester dans l’expectative.

L’affront fait au drapeau haitien, au peuple haitien qu’il représente, ne saurait être d’individus imbus de leurs devoirs patriotiques à notre chère Haïti. En effet qu’est-ce que mettre en berne le bicolore vient ajouter à une manifestation qui demande la démission d’un président ? A moins que l’on persiste à croire que Drapeau et Président se confondent en un seul et même symbole. Non, la constitution ne le prévoit pas. Et nous en avons un trop triste souvenir.

Nous ne saurions non plus accepter le blocage d’un pays -guerre de basse intensité dans son aspect économiquement comminatoire- considéré comme l’un des plus appauvris de l’hémisphère, visant clairement à frustrer les sacrifices consentis par le peuple haïtien dans l’apprentissage de sa démocratie nouvelle. Ne pas protester est coupable tout simplement.

Armés d’un sens patriotique profond, nous lançons un message clair à tous ceux qui veulent entraîner ce pays dans une guerre civile par la recherche du départ d’un président élu démocratiquement, sans raison constitutionelle. Aussi, convions-nous nos frères et soeurs, à abandonner le chemin de la discorde pour faire la paix des braves.

La solution de cette crise passe par l’engagement des acteurs dans un dialogue franc et responsable dans le cadre des negociations engagées sous l’égide de l’Organisation des Etats Americains (OEA). L’article 27 de la Charte démocratique interaméricaine le prescrit en ces termes :

« â€¦Une attention particulière sera prêtée à la mise en oeuvre de programmes et activités visant l’éducation des enfants et de la jeunesse, comme moyen d’assurer la permanence des valeurs démocratiques, notamment la liberté et la justice sociale. »

Tel est le défi que nous devons relever tous, Haïtiens de l’intérieur et de l’extérieur. C’est pourquoi nous avons pour obligation de promouvoir ces valeurs démocratiques. Une première étape a été franchie en ce sens avec l’adoption de notre Constitution. Chaque élection qui se tient en Haïti contribue à renforcer dans nos pratiques les idées constitutionelles, et le processus démocratique jusqu’à définitivement ancrer dans notre tradition, le concept que tout gouvernement élu et tout fonctionnaire élu ne peuvent être renvoyés par la force, mais en fonction des dispositions de la Constitution. Sinon, c’est le chaos.

Dès lors, la communauté internationale, sans complicité, tacite ou ouverte, doit remplir son rôle d’arbitre impartial au lieu de lancer des messages ambigus propres à faire perdurer la crise et à envenimer une situation déjà chaotique. Dans ce contexte, elle se doit d’encourager un compromis, et responsabiliser les acteurs sur un pied d’égalité.

Par la présente, nous renouvelons fermement notre engagement d’accompagner notre pays dans la recherche de sa dignité et de sa fierté bafouées pendant deux siècles de tumultes internes trop souvent programmés ou importés. Ceci, dans l’espoir que le symbole qui nous unit, le bicolore, recouvre sa priorité dans les coeurs haïtiens pour sa vénération, sa défense et son respect généralisé.

New York, 28 novembre 2002

Michel Ange Ferdinand, MD

Guy Antoine

Gina Faustin

Emanuel Roy, Esq

Jean Jean-Pierre

Jocelyne Mayas

Jean B. Lucien

Jean F. Colin, MD

François-Marie Michel

Alix Pierre Haspil, MD

Jean St. Vil

Joseph D. Chery

Maude Jean Michel

Harry Comeau

Micheline Paret

Roudy Noisette

Pierre Labossiere

Florence Comeau

Edgard Michel

Daniel Ulysse

James St. Furcy

Zacharie Larèche, MD

Jacques Deshommes, Esq