Documents

2004 , année d’Haïti


jeudi 21 novembre 2002

Comité Européen pour le Bicentenaire d’Haïti

"En me renversant, on n’a abattu à Saint Domingue que le tronc de l’arbre de la liberté des noirs ; il repoussera par les racines qui sont puissantes et nombreuses". Toussaint Louverture, le libérateur, mais Haïti, fille de la Révolution française et première révolte victorieuse d’esclaves, devient en 1804 première colonie noire indépendante.

Première. Au prix du sang, contre l’armée de Bonaparte. Au prix d’une rançon ( un an du budget de la France de l’époque ) Payée à crédit tout au long du XIXe siècle. Au prix d’une histoire occulté. Aux prix de deux siècles de mal développement d’embargo, de quarantaine, d’obscurantisme d’ingérence ou d’invasion.

Haïti a ouvert le chemin emprunté ensuite par Simon Bolivar, Martin Luther King , Nelson Mandela et tant d’autre. 1804 est l’un des événements fondateur de l’histoire de l’humanité.

Le bicentenaire de la république noire doit être plus qu’une célébration.

Et si la communauté internationale déclarait 2004 année d’Haïti et lui donnait le ressentiment qu’il mérite ? Et si les anciennes puissances coloniales, Union Européenne en tête, reconnaissaient les conséquences aujourd’hui catastrophiques de leur enrichissement ? Et si la France, par la création d’une banque de développement, rendait le capital prélevé ? Et si, pour la première fois, un président de la république française visite Haïti, y disait ce que fut notre rôle, ce que sont nos responsabilités !

Et si l’élite haïtienne ou celle qui se prétend telle, en finissait avec sa complicité avec les prédateurs l’intérieur et de l’extérieur ? Pour que 2004 soit une étape. Qui forge une identité nationale. Qui permette à tous les Haïtiens de définir ensemble leur rentrée dans la modernité.

La déclaration des droits de l’Homme garantit "les droits imprescriptibles à la vie, à la liberté et au bonheur". Faire de 2004 l’année d’Haïti, c’est rappeler le sort fait aux 45 "pays les moins avancés". Au travers d’Haïti, pays pionner.

Pour authentification :

Christophe Wargny, Historien

Paris, France

An 2002