Dépêches

Crise : Le scénariste haïtien, Raoul Peck, demande aux États-Unis de cesser de soutenir le régime corrompu actuel en Haïti


jeudi 14 octobre 2021

P-au-P, 14 oct. 2021 [AlterPresse] --- Le scénariste et réalisateur haïtien, Raoul Peck, appelle le gouvernement américain à mettre fin à son soutien au régime corrompu actuel, dans une analyse publiée sur le forum en ligne Just Security, consulté par l’agence en ligne AlterPresse.

« Maintenant, il est temps pour les États-Unis de reconnaître la réussite historique, que représente le nouvel accord de la société civile, de cesser de bloquer son succès (…) ».

Au lieu de soutenir cet effort, pour restaurer la confiance du public et les institutions démocratiques, les dirigeants américains ont persisté à soutenir le gouvernement illégitime actuel, qui a contribué à la destruction d’Haïti, déplore Peck.

Le gouvernement de facto actuel en Haïti ne survivrait pas sans le soutien des États-Unis, avait déclaré l’ancien envoyé spécial des États-Unis d’Amérique, Daniel Foote, lors de son briefing au Congrès étasunien.

« C’est une raison de plus pour les États-Unis de suivre l’exemple de la commission (Ndlr : Commission pour la recherche d’une solution haïtienne à la crise), en établissant un nouveau type de démocratie en Haïti », estime Raoul Peck.

Il est temps que les États-Unis redéfinissent leur politique envers Haïti et écoutent les voix des Haitiennes et Haïtiens, qui tentent de reconstruire la démocratie, considère Raoul Peck, comme l’a exhorté Daniel Foote.

« Nous nous battons pour nos vies et pour les idéaux, que les États-Unis ont épousés depuis longtemps, mais n’avons pas réussi à les concrétiser », affirme Peck, tout en soulignant l’échec des nombreuses interventions américaines en Haïti.

Il applaudit l’effort local des dirigeantes et dirigeants de la société civile, pour construire une voie à suivre « vers un gouvernement intérimaire, qui organisera des élections légitimes et véritablement participatives », malgré les menaces de mort.

« Ils ont produit un accord, qui comprend des plans pour chaque étape de la transition proposée vers la démocratie, et ils ont rassemblé plus de 650 signataires, représentant une majorité de la société haïtienne, y compris les syndicats, les organisations professionnelles, les alliances d’agricultrices et d’agriculteurs, les Églises protestante et épiscopale, et des dizaines de partis politiques », rappelle Raoul Peck.

Cet accord, signé le 30 août 2021, est le fruit des discussions, initiées par une Commission pour la recherche d’une solution haïtienne à la crise.

A cet effet, a été mis en place un Bureau de suivi sur l’accord du 30 août 2021 (Bsa), composé de 21 membres, dont 13 de la Commission et 8 membres élus par des secteurs de la société civile, des organisations politiques et populaires.

Ce Bureau de suivi a débuté ses travaux le 20 septembre 2021, à la suite des élections tenues entre les 15 et 18 septembre 2021.

Le Bsa a pour mission de veiller à la mise en œuvre dudit accord du 30 août 2021, en ce qui concerne notamment la formation des organes de transition. [emb rc apr 14/10/2021 10:35]