<

Haïti-Assassinat de Jovenel Moïse : L’Opc demande à la communauté internationale d’éviter de se faire complice d’Ariel Henry, soupçonné dans le dossier

P-au-P, 06 oct. 2021 [AlterPresse] --- L’Office de la protection de la citoyenne et du citoyen (Opc) appelle la communauté internationale à éviter de se faire complice du premier ministre Ariel Henry, dans le cadre du dossier d’assassinat, le 7 juillet 2021, du président de facto, Jovenel Moïse, en conférence de presse, ce mercredi 6 octobre 2021, à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

Le nom d’Ariel Henry a été cité dans cette affaire, rappelle l’Opc.

« La communauté internationale doit éviter de se faire complice du premier ministre Ariel Henry. Car, tôt ou tard, la vérité et la justice finiront par triompher », met en garde le protecteur de la citoyenne et du citoyen, Renan Hédouville.

Le premier ministre de facto Ariel Henry constituerait un « obstacle majeur » à la poursuite de l’enquête sur l’assassinat de Jovenel Moïse, déclare l’Opc.

Des relevés téléphoniques, entre Ariel Henry et l’un des présumés assassins de Jovenel Moïse, Joseph Félix Badio, peu après l’assassinat du 7 juillet 2021, ont été communiqués par la compagnie de téléphonie mobile Digicel.

« Des informations, rapportées par une station de radio de la capitale et disponibles sur les réseaux sociaux, font état d’une réunion, qui aurait eu lieu à la primature entre Ariel Henry et Joseph Félix Badio », poursuit l’Opc.

Lors de la 72e assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (Onu), le premier ministre de facto Ariel Henry a sollicité de la communauté internationale une entraide judiciaire, pour faire la lumière sur ce dossier.

« C’est de la poudre aux yeux, c’est une déclaration pour amuser la galerie », estime l’Opc.

L’Office de la protection de la citoyenne et du citoyen souligne, à l’attention de la communauté internationale, l’urgence d’aider Haïti à combattre l’impunité, à renforcer son système judiciaire, aux fins d’arriver à l’arrestation et au jugement de tous les criminels, les auteurs de nombreux assassinats spectaculaires, comme ceux de Jean Léopold Dominique le lundi 3 avril 2000, de Me. Monferrier Dorval le vendredi 28 août 2020 et de Jovenel Moïse le mercredi 7 juillet 2021.

Les auteurs des crimes, enregistrés dans des quartiers populaires de Port-au-Prince, doivent être aussi appréhendés et jugés.

Ce mercredi 6 octobre 2021, l’épouse de Jovenel Moïse, Martine Jovenel Moïse, a été au parquet près le tribunal civil de Port-au-Prince, pour répondre aux questions du juge d’instruction Garry Orélien, en charge du dossier de l’assassinat.

Martine Joseph Moïse a été blessée lors de l’attaque du 7 juillet 2021, qui a coûté la vie à l’ancien président de facto, son mari Jovenel Moïse. [mj emb rc apr 06/10/2021 15:55]