Perspectives

Haïti : Une feuille de route pour le gouvernement... et après ?


jeudi 30 juin 2005

P-au-P, 29 juin 2005 [AlterPresse] --- Le Conseil des Sages a, dans une feuille de route soumise au gouvernement de transition, exprimé ses vives préoccupations face à la dégradation de la situation sociopolitique et économique dans le pays.

Des recommandations allant dans le sens du rétablissement de l’ordre dans le pays, de la bonne gouvernance, de la lutte contre la corruption, de la gestion des risques et désastres dans certaines régions exposées aux catastrophes naturelles et de la réalisation des élections honnêtes, crédibles et démocratiques d’ici à la fin de l’année en cours sont formulées au gouvernement dans ce document.

En produisant ce document de 33 pages réparti en six chapitres, le Conseil des Sages dit n’avoir pas la prétention de se substituer au Gouvernement intérimaire. Toutefois, devant la détérioration inquiétante de la situation sociopolitique du pays, le Conseil déclare vouloir jouer sa partition en tant qu’instance de la gouvernance actuelle à côté des autres secteurs vitaux en vue d’obtenir des redressements significatifs et porteurs pour le pays.

La feuille de route, outil susceptible de conduire à un ensemble de redressements immédiats devant faciliter la réussite de cette nouvelle phase de transition politique en Haïti, « n’entend pas remplacer le Programme d’Action du Gouvernement de Transition ».

Sur le volet de la sécurité, les Sages souhaitent la mise en place et la réalisation de certaines dispositions devant permettre d’assurer une gestion politique du dossier de la Sécurité Publique et contribuer à rétablir et instaurer un climat sécuritaire dans le pays. Le Conseil préconise des actions policières contre les bandits qui opèrent en toute quiétude, notamment dans la région métropolitaine de Port-au-Prince, et des mesures à caractère socioéconomique, particulièrement dans les zones défavorisées du pays et dans certains quartiers de la capitale réputés de non droit.

Les Sages souhaitent également un appui technique de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH) dans la planification des opérations de la police dans les zones volatiles et dans le recrutement de nouvelles promotions au sein de la police nationale. Le Conseil Supérieur de la Police Nationale (CSPN) est mandaté pour mettre sur pied « un Secrétariat Exécutif, un organe de gestion et d’organisation, devant permettre à l’institution de répondre à sa mission qui est d’analyser la question sécuritaire et de définir la politique gouvernementale en matière de Police ». La constitution d’un bureau de service d’intelligence est aussi exigée dans ce document.

Le CSPN est aussi appelé à s’engager dans un processus d’épuration de la police nationale. Les policiers soupçonnés d’implication dans des actes malhonnêtes, ceux qui ont abandonné leurs postes ou qui sont placés en isolement doivent être écartés de l’institution et traduits par-devant la justice, a recommandé le Conseil des Sages.
Sur le plan judiciaire, les Sages demandent au gouvernement de prendre des dispositions visant à désengorger le système, à harmoniser les actions des différentes structures de l’appareil et à plancher sur les cas des personnes en situation de détention préventive prolongée. Des mesures d’assainissement et de redressement doivent être adoptées au niveau du Ministère de la Justice, lequel est appelé à redynamiser ses différentes unités, telles Parquets, Tribunaux de Paix, Cabinets d’Instruction.

La gouvernance politique est l’un des thèmes majeurs de la feuille de route produite par le Conseil des Sages. Il prend en compte six aspects qui, selon lui, peuvent favoriser une meilleure gestion de la chose publique. Ce sont, entre autres, la communication gouvernementale, la structuration du Bureau du Premier Ministre, la lutte contre la corruption, des mesures de régulation au niveau des Collectivités Territoriales et des dispositions au niveau des consulats haitiens à l’étranger.

Le Conseil recommande au gouvernement, par le truchement de son ministère des Affaires Etrangères, de négocier avec le Canada, les Etats-Unis et la République Dominicaine, un moratoire sur la déportation massive des « délinquants/délinquantes ». Le Service de l’Immigration du Ministère de l’Intérieur accueillant les personnes déportées doit procéder à un premier tri, en distinguant les motifs de la déportation.

Sur le chapitre des élections, le Conseil des Sages propose trois grandes mesures au gouvernement intérimaire, dont la maîtrise du processus électoral, la promotion de la participation citoyenne et le renforcement des structures administratives. Selon les Sages, les élections représentent le volet essentiel de la mission du gouvernement de transition.

« Tout en respectant l’indépendance du Conseil Electoral Provisoire (CEP), le Gouvernement de Transition à l’obligation de s’assurer que toutes les dispositions nécessaires sont prises à cet effet », estime le Conseil des Sages.

La feuille de route envisage aussi des mesures socioéconomiques urgentes visant à garantir une certaine présence de l’Etat, notamment dans les zones défavorisées et à mettre en œuvre des projets d’espoir et de survie. Pour la prochaine rentrée scolaire, des bourses d’études doivent être octroyées aux enfants nécessiteux. Le Ministère de l’Education doit mettre sur pied un programme de cantines scolaires ciblant à la fois les écoles primaires, fondamentales, secondaires et supérieures.

Le Conseil des Sages propose enfin la création d’un groupe de travail incluant des représentants des marchands de rue, des sociologues, des urbanistes, des agents de voirie de mairies, des ingénieurs civils et des architectes. La reprise des activités au niveau du marché Tête-Bœuf est aussi exigée dans ce document.

La feuille de route du Conseil des Sages a été soumise au gouvernement de transition lors du dernier conseil des ministres du 25 juin 2005. Elle avait reçu l’approbation des ministres et secrétaires d’Etat présents à la séance.

Il reste qu’en Haïti, les documents écrits et les idées nouvelles sont toujours accueillis avec beaucoup d’intérêt. Mais la matérialisation de ces idées demeure toujours une affaire à suivre. La feuille de route n’est pas la première proposition formulée au gouvernement intérimaire par le Conseil des Sages depuis son installation en mars 2004. [do gp apr 30/06/2005 11:00]