Dépêches

Le Chili " extrêmement préoccupé " par la situation en Haïti


mardi 28 juin 2005

P-au-P., 28 juin. 05 [AlterPresse] --- Le Chili est « extrêmement préoccupé » par la situation en Haïti, selon des déclarations faites ce 27 juin à New-York par le ministre chilien de la défense, Jaime Ravinet.

« Les élections s’approchent et les inscriptions sont lentes », s’est inquiété Ravinet, qui s’adressait à la presse en marge du Conseil des Amériques. A ce jour, seulement 200.000 personnes ont été inscrites sur les registres électoraux, sur un total de 4,5 millions. Les inscriptions ont débuté en avril et doivent prendre fin en juillet.

Parallèlement au processus électoral, Ravinet a insisté sur la nécessité du dialogue en Haïti, « parce que dans le cas contraire les élections ne permettront pas l’établissement d’une démocratie stable ».

Un autre défi, aux yeux du ministre chilien de la défense, est le retard dans l’aide internationale pour la reconstruction de l’économie d’Haïti. « Nous avons besoin d’un flux plus rapide de ressources de la part des donneurs internationaux, afin d’entamer des projets considérés critiques pour le processus de reconstruction », a dit Ravinet.

Le responsable chilien devait examiner cette question avec des représentants des Nations Unies engagés dans la reconstruction d’Haïti, ainsi qu’avec des dirigeants politiques américains, dont le secrétaire à la défense, Donald Rumsfeld, lors d’une visite à Washington ce 28 juin.

Le 22 juin dernier, le Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU) a décidé de prolonger pour une durée de 8 mois le mandat de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d’Haiti (MINUSTAH), dont l’effectif a été augmenté de plus d’un millier de membres.

Par la résolution 1608, adoptée en la circonstance, le conseil a demandé aux Nations Unies de mettre sur pied un plan général pour la réussite des élections, incluant les opérations d’inscriptions, de la sécurité, la logistique, l’éducation civique, l’observation électorale et les informations détallées sur le budget.

Le Conseil a également lancé un appel pressant aux institutions financières internationales et aux donateurs pour qu’ils décaissent rapidement les contributions promises à Haïti lors de la Conférence internationale des donateurs à Washington en juillet 2004, afin de faciliter le bon déroulement des opérations électorales, et la reconstruction du pays.

Le Conseil a souhaité que ces élections libres et ouvertes à tous les partis politiques qui ont renoncé à la violence, avec la participation la plus large possible de la population haïtienne, puissent se tenir conformément au calendrier arrêté.

Selon la même résolution, le gouvernement de transition doit conduire des investigations sur les cas de violations des droits humains, réaliser un programme de désarment et établir un climat serein et propice à la réalisation des scrutins d’octobre, de novembre et de décembre 2005. [gp apr 28/06/2005 05:00]