Perspectives

Haïti-Criminalité : Le barreau des avocates et avocats de Port-au-Prince continue d’exiger justice pour l’ex-bâtonnier Me. Monferrier Dorval, 11 mois après l’assassinat du 28 août 2020


jeudi 29 juillet 2021

P-au-P, 29 juill. 2021 [AlterPresse] --- Le Conseil de l’ordre des avocates et avocats de Port-au-Prince réclame justice pour l’ancien bâtonnier, Me. Monferrier Dorval, assassiné le vendredi 28 août 2020, dans sa résidence à Pèlerin 5, dans la même zone où habitait le président d’alors, Jovenel Moïse, qui sera, lui-même, assassiné, le mercredi 7 juillet 2021, en sa résidence, à Pèlerin 5, dans la commune de Pétionville (à l’est de la capitale, Port-au-Prince), dans une prise de position dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

Le Conseil de l’ordre des avocates et avocats de Port-au-Prince dénonce l’inaction du commissaire du gouvernement près le tribunal civil de Port-au-Prince, empêchant le déroulement de la procédure, en violation de la loi et de l’éthique.

En abdiquant sa fonction dans le registre de la poursuite, le titulaire du parquet près le tribunal civil de Port-au-Prince a choisi, délibérément, d’omettre les responsabilités liées à sa charge, en soumettant le rythme de la procédure à son caprice, fustige-t-il.

« Comment rendre compte aujourd’hui, après tant d’obstacles franchis laborieusement, des nouvelles pesanteurs, qui paralysent encore l’action publique, alors que la Direction centrale de la police judiciaire (Dcpj) a produit un rapport préliminaire ? », s’interroge le barreau des avocates et avocats de Port-au-Prince.

Deux présumés exécutants et des complices ont été identifiés dans l’assassinat de Me. Monferrier Dorval, selon le rapport d’enquête du Bureau des affaires criminelles (Bac) de la Direction centrale de la police judiciaire (Dcpj), rendu public en septembre 2020.

Les nommés Modlet Sénégeau alias Abidy, Mackender Fils-Aimé et Dunès Vilpique alias Jah, Marckenson Charles alias Cobra, Gerson Laurent alias Ti Luc ou Louko, Richelet Augustin, Johny Toussaint et consorts se seraient associés en malfaiteurs, pour assassiner Me. Monferrier Dorval, avait révélé le document.

Mackender Fils-Aimé et Dunes Vilpique ont été également recherchés par la Dcpj pour l’assassinat de Jean Daniel Euzebe et la tentative d’assassinat sur Robert Alexandre, selon la Dcpj.

Le rapport de la Dcpj avait préconisé un supplément d’enquête, pour déterminer tout auteur intellectuel et le mobile de l’assassinat de Me. Monferrier Dorval, tué de 3 balles, en sa résidence privée, à Pèlerin 5, dans la même zone où habitait, alors, le président Jovenel Moïse.

Le jeudi 17 juin 2021, la Police nationale d’Haïti (Pnh) a exigé la remise de l’arme, devant assurer la sécurité du magistrat instructeur Renord Régis, en charge du dossier d’assassinat de Me. Monferrier Dorval.

Cette décision prouve combien l’institution policière est complètement à la solde du gouvernement de facto actuel, avait dénoncé le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh), dans une note, en date du jeudi 23 juin 2021.

Cette mesure est scandaleuse, « d’autant plus que le jour de l’appel, enjoignant l’agent à rapporter l’arme en question, coïncidait à la date où Martine Joseph Moïse, l’épouse du président de facto Jovenel Moïse, devait être auditionnée », avait aussi révélé le Rnddh.

A date, seul le secrétaire général du Barreau des avocates et avocats de Port-au-Prince, Me. Robinson Pierre-Louis, a été auditionné sous toutes réserves, sur huit (8) personnes citées par le cabinet d’instruction, pour être auditionnées à titre de témoins, entre les 31 mai et 24 juin 2021.

Il s’agit de Me. Guerby Blaise, Carl Murat Cantave (ancien sénateur de l’Artibonite, de janvier 2016 à janvier 2020), Guichard Doré (conseiller de Jovenel Moïse), Reynold Georges(ancien conseiller de Jovenel Moïse), Joseph Jouthe (ancien premier ministre de facto, du 4 mars 2020 au 14 avril 2021) Aramick Louis, Martine Joseph Moïse et Me. Robinson Pierre-Louis.

Au moins quatre (4) individus avaient été arrêtés pour « assassinat, vol à mains armées, association de malfaiteurs », dans le cadre du dossier d’assassinat de Me. Monferrier Dorval. [emb rc apr 29/07/2021 13:45]