Perspectives

Haïti : Les 50 ans du Compas


dimanche 26 juin 2005

P-au-P., 26 juin 05 [AlterPresse] --- Ce 26 juin est la date retenue pour célébrer les 50 ans du compas, rythme dansant de ville, concocté en 1955 par le compositeur saxophoniste haitien Nemours Jean Baptiste.

Dans le cadre des activités marquant cet anniversaire, des spécialistes en musique ont organisé le 20 juin à la Fondation Connaissance et Liberté (FOKAL) une conférence autour du thème « Musique, Savoir et Mémoire ».

L’ingénieur Fritz Joassaint, directeur de la station privée Magik Stéréo, qui intervenait sur la réalité du compas vers les années soixante, a fait savoir que cette catégorie musicale est en chute libre aujourd’hui dans le pays.

Au cours des années 60, s’est rappelé Joassaint, « l’art en général, et la musique en particulier, était enseigné à l’école comme toutes les autres matières, et n’importe qui ne pouvait se permettre de faire du bruit et prétendre être vedette en matière de musique ». « Il fallait à tout prix aller à l’école pour l’apprendre » a-t-il souligné.

Le directeur des Archives Nationales d’Haïti Jean Wilfrid Bertrand qui devait aborder la question des archives musicales haïtiennes en tant que partie intégrante de la mémoire collective, s’est interrogé sur l’existence de telles archives dans le pays tant les traces musicales anciennes ne subsistent plus ou sont difficiles à répertorier.

Cependant, diverses sources peuvent informer sur la mémoire de la musique haïtienne, a fait remarquer Bertrand. « La source orale garde une bonne partie de la musique haïtienne » a-t-il indiqué.

« Il faut trouver une formule pour revaloriser les mémoires de la musique haïtienne qui est en passe de disparaître » a préconisé le directeur des Archives Nationales.

Bertrand a plaidé en faveur de la mise en commun de ressources permettant de constituer « la maison de la musique haïtienne » afin de sauvegarder la mémoire musicale collective de la nation.

Cette conférence de presse s’est déroulée en présence d’une assistance jeune, en quête de références en terme d’appréciation musicale. Les grands absents ont été les musiciens, producteurs et animateurs de programmes radiophoniques musicaux, pointés du doigt comme responsables du « déclin » du compas.

Pierre Rigaud Chéry, à qui on a rendu un vibrant hommage, était le seul musicien de renom a faire acte de présence dans cette conférence sur les 50 ans du compas.

Les avis sont partagés à propos de l’évolution du compas. Pour certains, les efforts de la jeune génération de musiciens haïtiens n’ont pas été pris en compte dans les considérations des spécialistes. [fl gp apr 26/06/2005 00:15]