<

Crise : « Aucune élection n’est possible avec Jovenel Moïse, dans les conditions actuelles » en Haïti, dixit le Secteur démocratique et populaire

P-au-P, 05 mai 2021 [AlterPresse] --- « Aucune élection n’est possible, dans les conditions actuelles, avec le président de facto Jovenel Moïse, dont le mandat a expiré depuis le 7 février 2021 », réitère le Secteur démocratique et populaire, dans une correspondance adressée le vendredi 30 avril 2021, au Secrétaire d’État américain, Anthony Blinken, rendue publique dans les médias, le 4 mai 2021, et consultée par l’agence en ligne AlterPresse.

Dans cette lettre, le Secteur démocratique et populaire dépeint, d’abord, la situation actuelle, marquée par la prolifération des gangs armés à travers le territoire national, le phénomène du kidnapping et des massacres par des gangs armés dans des quartiers populaires de Port-au-Prince, notamment à La Saline (à proximité du bord de mer), Pont Rouge (non loin de La Saline), Bel Air (qui surplombe le Champ de Mars, principal parc de places publiques dans la capitale et où se trouve le Palais national) et Carrefour Feuilles (périphérie sud-est).

Sur une population électorale de 7,5 millions de personnes, à peine 2,5 millions de cartes électorales ont été distribuées dans des « transactions frauduleuses, puisqu’il a été démontré que chaque carte peut être imprimée et dupliquée, favorisant ainsi une citoyenne/un citoyen de détenir plusieurs cartes en même temps », souligne le Secteur démocratique et populaire.

« C’est un signe d’avertissement que l’élection sera entachée de fraudes massives », avertit ce regroupement politique, rappelant les remarques, faites par des membres du Congrès américain, dans une correspondance en date du 26 avril 2021.

Un calendrier électoral controversé, rejeté par la plupart des partis politiques de l’opposition, fixe, au 19 septembre 2021, un premier tour d’élections générales en Haïti.

« L’administration Moïse manque de crédibilité et de légitimité, pour superviser un référendum constitutionnel, prévu en juin 2021, ou pour administrer des élections libres et équitables », avaient écrit 68 membres du Congrès américain au secrétaire d’État américain, Anthony Blinken.

Le Secteur démocratique et populaire continue de plaider en faveur d’une transition politique en Haïti, à travers l’installation, au pouvoir, du magistrat Joseph Mécène Jean-Louis, le plus ancien juge de la Cour de cassation, nommé par l’opposition et la société civile, pour diriger la transition et permettre un retour à l’ordre démocratique par l’organisation d’élections « libres, justes, démocratiques et transparentes ».

Ce gouvernement de transition « inclusif » aura pour mission centrale de rétablir la sécurité dans le pays, créer un environnement propice aux investissements économiques, à la création d’emplois et mener les procès des différents massacres d’État et crimes financiers, poursuit-il.

Dans un discours préenregistré, Antony Blinken a lancé un appel au gouvernement haïtien pour l’organisation des élections, avant la fin de cette année 2021.

Le secrétaire d’État américain a demandé aux autres pays du continent américain de parler, d’une seule voix, pour encourager Haïti à organiser des élections, lit-on dans un article, publié le mardi 4 mai 2021 sur le site de « La Voix de l’Amérique ».

« Le soutien à la démocratie exige l’organisation d’élections libres et honnêtes, de même que cela demande que nous lançons un appel aux autres pour qu’ils puissent faire de même. Nous devrions parler d’une seule voix, pour encourager le gouvernement haïtien à organiser des élections libres et honnêtes, avant la fin de l’année », a-t-il déclaré. [mj emb rc apr 05/05/2021 16:15]