Perspectives

Crise : Nouvelles mobilisations, les dimanche 28, lundi 29 et mardi 30 mars 2021, pour exiger le respect de la Constitution en Haïti


mercredi 24 mars 2021

P-au-P, 24 mars 2021 [AlterPresse] --- A l’occasion du 34e anniversaire de la Constitution haïtienne du 29 mars 1987, les forces politiques de l’opposition annoncent trois journées de mobilisation, les dimanche 28, lundi 29 et mardi 30 mars 2021, pour exiger le respect de la Constitution, selon les informations rassemblées par l’agence en ligne AlterPresse.

« Le pays n’a pas un problème de Constitution, mais un problème de dirigeants ». Il ne s’agit pas de changer la Constitution, car les présidents haïtiens n’ont jamais respecté la Constitution dans sa globalité, a déclaré le secrétaire général du parti politiqu e Fusion des sociaux-démocrates haïtiens (Fusion), Rosemond Pradel, en conférence de presse, ce mercredi 24 mars 2021, à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

Le parti politique Fusion plaide en faveur d’une nouvelle gouvernance et d’une nouvelle vision politique, avec des personnes compétentes, qui peuvent combattre la corruption, l’insécurité et changer la situation actuelle en Haïti.

Pour la journée du lundi 29 mars 2021, marquant les 34 ans de la Constitution, les dirigeants de l’opposition veulent interpeller toutes couches confondues de la population ainsi que la diaspora haïtienne à se mobiliser, sous diverses formes, pour exiger le respect de la Constitution, souligne l’ancienne titulaire du Ministère à la condition féminine et aux droits des femmes (Mcfdf), Marjorie Michel, l’une des porte-parole du Secteur démocratique et populaire.

Le mardi 30 mars 2021, la population est appelee à apporter son soutien à la Police nationale d’Haïti (Pnh), « aujourd’hui dans la tourmente », relève Marjorie Michel.

Sans avoir le mot de l’Inspection générale de la Police nationale d’Haïti (Igpnh), le directeur général de l’institution policière, Léon Charles, a annoncé le renvoi immédiat de plusieurs policiers nationaux, qu’il identifie comme des membres de Fantom 509, dont le coordonnateur du Syndicat de la Police nationale d’Haïti (Spnh-17), l’inspecteur principal Jean Elder Lundi, dans un communiqué.

La Pnh déclare avoir émis un avis de recherche contre les policiers Jean Elder Lundi, coordonnateur du Spnh-17, Pascal Alexandre, Abelson Gros Nègre, Ludner Louis, Dario Antoine, Guerby Geffrard et James Josué Jules (ex-policier), pour « crimes, assassinats, destructions de biens publics et privés », entre autres.

Le 30 mars 2021, la population va gagner les rues pour plaider en faveur d’une police au service de toute la population et non d’un petit groupe de gens, affirme Marjorie Michel.

Ces trois journées de mobilisations citoyennes, fin mars 2021, ont été décidées en concertation avec des organisations syndicales, de la société civile, des droits humains et la commission protestante contre la dictature.

Les rassemblements pour ces trois journées se feront dans les points de rencontre habituels, notamment au Champ-de-Mars (principal parc de places publiques dans la capitale, Port-au-Prince) et au carrefour des routes de Delmas et de l’aéroport international de Port-au-Prince, rebaptisé Kafou rezistans (« Carrefour Résistance », depuis la période de « pays locked », de septembre à novembre 2019), précise l’ancien député Serge Jean-Louis, coordonnateur de la Force nationale pour la démocratie (Fnd).

A l’appel de la Commission protestante contre la dictature en Haïti (Cpcdh), avec l’appui de l’initiative N ap mache pou lavi et de la Fédération des barreaux (des avocates et avocats) d’Haïti (Fbh), entre autres organisations, plusieurs milliers de personnes ont protesté, dans les rues de Port-au-Prince et dans plusieurs autres villes en province, le dimanche 28 février 2021, contre la dictature et contre le kidnapping en Haïti. [mj emb rc apr 24/03/2021 15:58]