Dépêches

En marge de la Conférence de Montréal

Haïti - Elections : Le Canada satisfait de l’adoption d’un code de conduite par les partis politiques haïtiens


jeudi 16 juin 2005

Montréal, 16 juin. 05 [AlterPresse] --- Le ministre des Affaires étrangères canadien, Pierre Pettigrew, et la ministre de la Coopération internationale, Mme Aileen Carroll, ont félicité, dans la matinée du 16 juin 2005, les partis politiques d’Haïti pour la signature d’un code de conduite électorale, appelé à calmer le jeu lors des compétitions prévues à l’automne 2005, alors que s’amorce une conférence internationale sur Haïti à Montréal les 16 et 17 juin 2005.

« Le Canada se réjouit de ce développement, qui laisse entrevoir un espoir dans l’établissement de l’ordre démocratique en Haïti », a fait savoir Pettigrew dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

« Ce genre de dialogue est essentiel à la réconciliation nationale en Haïti », a-t-il poursuivi.

Le document intitulé « Code de conduite électorale » a été signé le 14 juin à Port-au-Prince par dix-sept partis politiques, dont le parti Lafanmi Lavalas, lors d’une cérémonie organisée par l’Institut Supérieur de Formation Politique et Sociale (ISPOS) et à laquelle a participé le premier ministre intérimaire haïtien, Gérard Latortue.

La conférence, s’ouvrant ce 16 juin à Montréal et regroupant les principaux partenaires internationaux d’Haïti, abordera la situation actuelle délicate du pays, les modalités d’application par la Mission des Nations Unies de Stabilisation en Haïti (MINUSTAH) de la nouvelle résolution du Conseil de sécurité de l’ONU ainsi que le bon déroulement des élections qui devraient normalement avoir lieu entre octobre et décembre de cette année.

Le Canada a déjà contribué au processus électoral pour dix-sept millions de dollars canadiens, remis en plusieurs tranches au Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) qui gère les fonds nationaux et internationaux alloués aux élections.

La conférence de Montréal des 16 et 17 juin fait suite à la réunion des bailleurs de fonds d’Haïti tenue en mars 2005 en Guyane française, au cours de laquelle un signal alarmant avait été lancé face à la situation fragilisée d’Haïti, dont ils se sont engagés à accélérer la reconstruction. [cl rc apr 16/05/05 16 :30]