Dépêches

Haïti-Insécurité : Au moins deux morts et des blessés par balles dans des actes de banditisme, le 3 mars 2021, à la capitale et dans sa périphérie


mercredi 3 mars 2021

P-au-P, 03 mars 2021 [AlterPresse] --- Plusieurs actes de banditisme, dont une fusillade et une attaque armée contre un autobus, ont fait au moins deux morts par balles, plusieurs blessés également par balles et créé une atmosphère de tension dans plusieurs secteurs de la capitale et de sa périphérie, selon ce qui a été observé par AlterPresse.

À la mi-journée du mercredi 3 mars 2021, deux hommes, dont un adolescent, ont été tués et une femme blessée par balles lors d’une fusillade, qui s’est produite au Champ de Mars (plus grand parc public du centre-ville dans la capitale, Port-au-Prince), dans le périmètre du commissariat de police de Port-au-Prince, rapportent des témoins.

Les victimes l’ont été, lorsque des hommes armés non identifiés, circulant à bord d’une motocyclette, ont ouvert le feu de manière indiscriminé, ajoute-t-on.

Dans la zone de Papaye, à Ganthier, dans la commune périphérique de la Croix-des-Bouquets (municipalité au nord-est de Port-au-Prince), des membres du gang dénommé 400 Mawozo ont attaqué un autobus, assurant le trajet Port-au-Prince – Santo Domingo, faisant au moins 4 blessés par balles, dont 2 graves.

Des images, circulant sur les réseaux sociaux, ont montré un autobus, sur lequel on a pu constater plusieurs impacts de balles.

Les témoignages, parvenus à AlterPresse, font croire que le chauffeur de l’autobus aurait accéléré pour s’échapper, après que des bandits l’auraient enjoint d’immobiliser le véhicule. À ce moment, ces bandits auraient ouvert le feu.

Une forte tension a régné à l’avenue Toussaint Louverture, à Delmas (périphérie nord-est), où les riveraines et riverains ont manifesté et installé des barricades de pneus usagés enflammés, pour protester contre l’enlèvement d’un agent supposé de la police.

À l’avenue Christophe, au cœur de la capitale, des individus à bord d’un véhicule immatriculé « Service de l’État », auraient tenté de kidnapper des gens à bord d’un taxi. Les riverains rapportent que ces hommes armés se seraient enfuis, après un échange de tirs avec la police.

Le chauffeur du véhicule incriminé a été interpellé par la police, et l’engin, prétendument abandonné par les malfrats, a été conduit à la Direction centrale de la police judiciaire (Dcpj).

L’attitude de la police a fortement été critiquée par les riverains.

Depuis plusieurs mois, aucune action concrète n’est, jusqu’à date, observée, pour tenter de freiner les actes de kidnapping (enlèvements et séquestrations de personnes), les assassinats et d’autres forfaits, dont le nombre ne cesse point de croitre à une vitesse vertigineuse.

Ces actes sont, dans beaucoup de cas, perpétrés par des bandits lourdement armés, circulant dans des véhicules à vitres teintées, portant des plaques « Officiel » et/ou « Service de l’État ».

Le mardi 2 mars 2021, au moins 3 personnes ont été kidnappées à la capitale.

L’Association nationale des propriétaires de stations d’essence a annoncé, ce 3 mars 2021, un mouvement de grève, afin d’exiger la libération de l’entrepreneur Jean Marc Condestin, membre de l’association, enlevé à Mariani (périphérie sud) et séquestré depuis le dimanche 28 février 2021. [mj gp apr 03/03/2021 16:00]