Dépêches

Haïti-Politique : Les propos de Jovenel Moïse, le 22 février 2021, devant le Conseil de sécurité de l’Onu, une attaque contre les journalistes, dénonce l’Ajh


mardi 23 février 2021

P-au-P, 23 févr. 2021 [AlterPresse] --- Les propos, tenus par l’ancien président Jovenel Moïse, lors d’une intervention, le lundi 22 février 2021, devant le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (Onu), constituent une attaque contre les journalistes, contre la liberté de presse et contre la liberté d’expression, s’insurge l’Association des journalistes haïtiens (Ajh), dans une note transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

« Des gangs se déguisent en manifestants et en journalistes, pour attaquer les policiers », a déclaré le président de facto, devant le Conseil de sécurité de l’Onu.

L’Association des journalistes haïtiens se dit « choquée, scandalisée et indignée par ces propos de Jovenel Moïse, qui a semé la confusion et fait l’amalgame autour du respect de la liberté de la presse, de la liberté d’expression en Haïti.

« Par ces graves propos, Jovenel Moïse justifie et assume tous les actes de brutalité, orchestrés par des policiers contre les travailleurs de la presse. M. Moïse a, du même coup, exposé les journalistes à toutes formes d’attaque et d’agression ».

Face aux ambitions, exprimées par Jovenel Moïse, d’améliorer la place d’Haïti au classement mondial de la Liberté de la presse, l’Association des journalistes haitiens rappelle combien, depuis plus de deux ans, la corporation attend encore les résultats des enquêtes policières et judiciaires sur plusieurs cas.

L’Ajh cite la disparition du photojournaliste Vladjimir Legagneur, le mercredi 14 mars 2018, les assassinats du co-propriétaire de la Radio sans fin (Rsf) Rospide Pétion, le lundi 10 juin 2019 et du correspondant de Radio Méga à Mirebalais (Plateau central), Néhémie Joseph, le jeudi 10 octobre 2019.

Les agents de la Police nationale d’Haïti (Pnh), auteurs des actes de brutalité et d’attaques contre les travailleurs de la presse, lors des manifestations de rue, doivent être identifiés et déférés par-devant la justice.

Pour sa part, l’Association haïtienne des médias en ligne (Ahml) qualifie aussi d’irresponsable le discours de Jovenel Moïse à l’égard des journalistes.

L’Ahml critique les propos, avancés par Jovenel Moïse, pour justifier les brutalités policières vis-à-vis des journalistes, lors des récentes manifestations contre son régime. [emb rc apr 23/02/2021 16:20]