Dépêches

Politique : Le Haut-Commissariat aux droits humains des Nations unies condamne les nouvelles attaques du régime de facto contre l’indépendance de la justice en Haïti

Les arrestations du 7 février 2021 peuvent équivaloir à « des arrestations et détentions illégales ou arbitraires »
vendredi 19 février 2021

P-au-P, 19 févr. 2021 [AlterPresse] --- Le Haut-Commissariat aux droits humains (Hcdh) de l’Organisation des Nations unies (Onu) s’eleve contre les nouvelles attaques du régime de facto contre l’indépendance de la justice en Haïti, rapporte un article paru, le 19 février 2021, sur le site de l’Onu Info, consulté par l’agence en ligne AlterPresse.

Les arrestations, à l’aube (vers 2:30 am = 7:30 gmt) du 7 février 2021, d’environ une vingtaine de personnes, accusées par les autorités de « tentative de coup d’État », peuvent équivaloir à « des arrestations et détentions illégales ou arbitraires », estime le Haut-Commissariat aux droits humains de l’Onu.

Alors que le juge à la Cour de cassation Yvickel Dieujuste Dabresil a été libéré, le jeudi 11 février 2021, 17 autres personnes sont toujours en « détention préventive », déplore le Haut-Commissariat aux droits humains de l’Onu, qui se dit inquiet quant à l’indépendance du pouvoir judiciaire.

Ces arrestations interviennent dans un climat « d’instabilité politique et institutionnelle dans le pays ».

Trois juges de la Cour de cassation - dont celui qui a été arrêté - ont été mis à la retraite et remplacés, par la suite, apparemment à l’issue « d’une procédure irrégulière ».

Les autorités haïtiennes doivent veiller au respect du cadre juridique et institutionnel établi, en se conformant surtout aux obligations qui leur incombent, en vertu de la Constitution haïtienne et des traités internationaux relatifs aux droits humains, recommandent les services du Hcdh.

Le Haut-Commissariat aux droits humains de l’Organisation des Nations unies demande « instamment au gouvernement et à l’opposition d’engager un dialogue constructif et ouvert à tous, afin d’éviter une nouvelle escalade des tensions », afin de résoudre « l’impasse politique et institutionnelle actuelle, d’une manière à la fois durable et viable ». [emb rc apr 19/02/2021 14:15]