Dépêches

Crise : Des personnalités et protagonistes politiques souhaitent une transition progressiste en Haïti


jeudi 14 janvier 2021

P-au-P, 14 janv. 2021 [AlterPresse] --- L’éventuelle transition politique, qui sera instaurée en Haïti, au lendemain du départ du président Jovenel Moïse, dont le mandat arrive à terme le dimanche 7 février 2021, devrait être un projet progressiste, espèrent des personnalités et protagonistes politiques, qui prenaient part à une conférence-débat, le mercredi 13 janvier 2021, à l’initiative du Comité de mobilisation pour le respect de la Constitution, à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

Ce projet progressiste devrait permettre aux habitantes et habitants des bidonvilles de s’exprimer, de mettre un frein au banditisme et de sanctionner les coupables des massacres dans les quartiers populaires, considère l’historien et géographe Georges Eddy Lucien.

Durant la période de transition, il faudrait,une commission de vérité et de justice indépendante, composée d’experts nationaux et « internationaux progressistes », pour mener une enquête sur les divers massacres, kidnappings, viols, assassinats, perpétrés sur le territoire national.

Georges Eddy Lucien souhaite l’ouverture du procès sur la dilapidation des fonds publics PetroCaribe, de l’aide vénézuélienne à Haïti, dans les 30 premiers jours de la transition politique.

« Dans les 30 premiers jours, les personnes dont les noms sont cités à travers les trois rapports de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (Cscca), devraient être mises derrière les barreaux ».

Il conviendrait de mettre en œuvre une autre politique publique de santé pour les citoyennes et citoyens, qui ne dépendra point des Organisations non gouvernementales (Ong), une politique budgétaire qui favorise le renforcement des investissements dans le pays et mettre en place des infrastructures pour garantir l’accès à l’eau potable pour la population, entre autres.

Cette transition devrait avoir une dimension culturelle et sociale très importante, en jetant un regard sur les apports de la culture dans le nouvel ordre social que nous allons avoir, souhaite, de son côté, le dirigeant politique, politologue et artiste Jowel Erns Jean Pierre.

Ce serait également un bon moment pour réaliser une campagne, à travers Haïti, pour une redynamisation culturelle.

Le gouvernement provisoire de transition devrait également reformater le Ministère de la culture et établir une politique culturelle, qui favorise un « programme d’auto culture nationale » appelé à devenir une arme de combat pour la population, propose Jowel Erns Jean-Pierre.

Entre-temps, l’opposition politique projette de manifester à nouveau, à partir du vendredi 15 janvier 2021, dans les rues de la capitale, Port-au-Prince, et des villes de provinces en Haïti, pour forcer Jovenel Moïse à laisser le pouvoir. [mj emb rc apr 14/01/2021 15:51]