Perspectives

Séisme/11 ans : Le gouvernement tèt kale et les Nations unies invitent les Haïtiennes et Haïtiens à s’unir pour l’avancement d’Haïti


mardi 12 janvier 2021

P-au-P, 12 janv. 2021 [AlterPresse] --- Le gouvernement tèt kale, à travers ses ambassades aux États-Unis d’Amérique et au Canada, ainsi que l’Organisation des Nations unies (Onu) invitent les Haïtiennes et Haïtiens à s’unir et à faire preuve de tolérance pour permettre l’avancement du pays, dans des messages séparés, publiés à l’occasion du 11e anniversaire du tremblement de terre du mardi 12 janvier 2010 et dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

L’ambassadeur d’Haïti aux États-Unis, Bocchit Edmond, exhorte ses compatriotes à s’unir pour la concrétisation de la reconstruction nationale.

La meilleure façon d’honorer la mémoire des personnes disparues, c’est de « faciliter l’avènement d’une patrie unie, où les citoyennes et citoyens travaillent pour l’instauration de la concorde, de la réconciliation et de la paix », estime Edmond.

L’ambassade d’Haïti aux États-Unis dit souhaiter que le 12 janvier 2021 soit une journée de prise de conscience nationale chez la population.

« Les commémorations de ce funeste jour doivent nous inciter, toutes et tous, à la réflexion et à faire preuve de tolérance, de compréhension et de cohésion pour le bien de ce pays, qui nous est si cher », exprime, de son côté, l’Américaine Helen Meagher La Lime, Représentante spéciale du Secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (Onu) en Haïti.

L’Onu réaffirme son engagement à soutenir le peuple haïtien, en témoignant sa solidarité aux familles des employés disparus, soit 102 membres du personnel onusien, le mardi 12 janvier 2010.

Pour sa part, l’ambassadeur d’Haïti au Canada, Dr. Weibert Arthus, évoque la nécessité de diriger les aides, qu’on souhaite apporter à Haïti aujourd’hui, vers la relève de l’économie et le renforcement des institutions.

« La solution, qui consistait à canaliser l’aide internationale par les Organisations non gouvernementales (Ong), s’est révélée désastreuse », considère l’ambassade d’Haïti au Canada.

« La capitale, Port-au-Prince, qui a été fortement endommagée dans le séisme (du mardi 12 janvier 2010), n’a pas encore retrouvé son allure d’antan. Les promesses d’aide internationale n’ont pas aidé à reconstruire les infrastructures, ni à relever l’économie du pays. D’un côté, le renforcement institutionnel n’a pas fait partie de l’agenda post-séisme ».

L’ambassade d’Haiti au Canada invite les amis d’Haïti à encourager plutôt des investissements dans le pays, dans des domaines porteurs, tels le tourisme, l’énergie alternative et renouvelable, la téléphonie, l’agro-business, au lieu de faire d’Haïti une « république des Ong » qui ne fera que détruire ce qu’il lui reste de potentiel et de créatif.

« Au lieu de continuer à voyager en Haïti pour des missions humanitaires, il sera plus bénéfique d’y faire ses plans de voyage post-Covid pour admirer ses plages, ses montagnes, ses sites historiques et profiter de son climat et de la bienveillance de sa population », préconise-t-elle.

« Onze années plus tard, les plaies sont encore béantes. Que l’âme de nos bien-aimé(e)s repose en paix ! », a tweeté Jovenel Moïse.

Comme a son habitude de banaliser le symbolisme des grandes dates dans l’histoire d’Haïti, le gouvernement tèt kale a seulement déposé, ce 12 janvier 2021 (date marquant le 11e anniversaire du terrible tremblement de terre du 12 janvier 2010), une gerbe de fleurs, au pied du monument, érigé en mémoire des innombrables victimes de ce séisme, à Saint-Christophe (au nord de la capitale, Port-au-Prince).

C’est également très tard, sans aucune disposition institutionnelle, que le gouvernement tèt kale a déclaré le mardi 12 janvier 2021 « journée de commémoration et de réflexion », à l’occasion du onzieme anniversaire du tremblement de terre du mardi 12 janvier 2010, qui occasionna 300 mille morts et d’énormes dégâts matériels. [mj emb rc apr 12/01/2021 16:00]