Dépêches

Crise : L’opposition politique souhaite une « contribution sans faille » du Binuh et de l’Oea dans la marche vers la transition en Haïti


mardi 5 janvier 2021

P-au-P, 05 janv. 2021 [AlterPresse] --- La Direction politique de l’opposition dite démocratique (Dirpod) appelle l’Organisation des Nations unies, à travers sa mission pour l’appui à la justice en Haïti, le Bureau intégré des Nations unies en Haïti (Binuh), et l’Organisation des États américains (Oea) à apporter leur « contribution sans faille », dans la marche vers la transition, au lendemain du 7 février 2021, dans des correspondances dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

« Le 7 février 2021 sonnera le glas de ce régime tyrannique, sanguinaire. A partir de cette date, débutera en Haïti une ère nouvelle. Au nom des principes démocratiques, le Binuh, l’Oea se doivent d’apporter leur contribution sans faille », encourage la Dirpod.

Cet appel est lancé par les représentants du Secteur dit démocratique et populaire, des partis politiques Organisation du peuple en lutte (Opl), Fusion des sociaux-démocrates (Fusion), Ayiti an aksyon (Aaa) et Inifòs, signataires de deux correspondances, envoyées le 2 janvier 2021 aux secrétaires généraux de l’Onu et de l’Oea, respectivement le Portugais Antonio Guterres et l’uruguayen Luis Almagro (Luis Leonardo Almagro Lemes).

« Les partis et regroupements politiques sont en train de préparer l’après Jovenel Moïse : la marche inévitable vers la transition », indiquent ces partis politiques, soulignant combien le pouvoir en place a créé un vide politique, en choisissant d’ignorer la Constitution.

Par ailleurs, ils critiquent le support inconditionnel de l’Onu, via le Binuh, et de l’Oea en faveur du pouvoir en place, « en dépit du fait que la situation se détériore, arrive à son pourrissement ».

Le Binuh a nommé le Tunisien Amor Boubaki comme conseiller juridique de la commission constitutionnelle, récemment mise en place, dans le cadre de son appui technique au président Jovenel Moïse.

L’Organisation des États américains a auusi apporté son appui technique au collège électoral, en mettant à disposition le Nicaraguayen César Acuna, désapprouve la Direction politique de l’opposition dite démocratique.

Jovenel Moïse a nommé « des créatures, acquises totalement à sa cause, au sein du Conseil électoral provisoire (Cep), qui n’a pas pu prêter serment par devant la Cour de cassation, pour des raisons d’ordre constitutionnel, souligne-t-elle.

Ledit conseil électoral provisoire, transformé, début octobre 2020, en collège électoral inconstitutionnel->https://www.alterpresse.org/spip.php?article26269], a été jugé anticonstitutionnel et illégal par divers secteurs de la société. [mj emb rc apr 05/01/2021 16:15]