Développement durable

Haïti-France-Éducation : Des Palmes académiques accordées par la France aux professeurs haïtiens Bérard Cenatus, Evens Emmanuel et Patrick Attié


mardi 8 décembre 2020

P-au-P., 07 déc. 2020 [AlterPresse] --- Les professeurs haïtiens Bérard Cenatus, Evens Emmanuel et Patrick Attié ont été décorés, le 3 décembre 2020, à Port-au-Prince, de l’ordre des Palmes académiques par l’ambassadeur français José Gomez, a constaté AlterPresse.

Bérard Cenatus, doyen de l’École normale supérieure (Ens) de l’Université d’État d’Haïti et Evens Emmanuel, vice-recteur à la recherche de l’Université Quisqueya (Uniq) ont reçu les insignes d’Officier et Patrick Attié, doyen de l’École supérieure d’infotronique d’Haïti, celui de Chevalier.

La remise des distinctions a eu lieu au cours d’une cérémonie tenue en la résidence du diplomate (Résidence de France), en présence notamment de nombreuses personnalités du monde de l’éducation. Deux anciens premiers ministres, Michèle Duvivier Pierre-Louis et Jacques Edouard Alexis, eux aussi enseignants, y ont également pris part.

Dans son discours, l’ambassadeur Gomez a salué la « grande valeur » de l’apport des trois récipiendaires à l’éducation ainsi que leur « refus de la résignation ».

Il a également mis l’accent sur leur « engagement en faveur des liens universitaires entre la France et Haïti ».

Le représentant de la France a retracé le parcours de chacun des professeurs, insistant sur leur encrage académique et leur longue expérience dans l’enseignement supérieur.

« Efforts vains », si des étudiants continuent à être assassinés

L’enseignement supérieur traverse une « passe difficile » en Haïti, a souligné le philosophe Bérard Cénatus, dans son discours de circonstance.

Les efforts consentis par les enseignants sont vains, a-t-il dit, si des étudiants continuent à être assassinés. Il a évoqué le récent cas de l’étudiant finissant Grégory Saint-Hilaire, tué par balle, lors d’une intervention de la police à l’Ens.

Cénatus a étudié en Haïti et en France. Il a créé, au sein de l’Ens, plusieurs licences en sciences du langage, en mathématiques et en physique, après avoir enseigné la philosophie en Afrique et dans les Caraïbes. Il a cofondé, à la fin des années 1980, la revue scientifique haitiano-caribéenne Chemins Critiques.

La « nécessité d’espérer même au fond du désespoir »

Pour l’ingénieur Evens Emmanuel, l’ordre des Palmes académiques, qui lui a été décerné, symbolise la « nécessité d’espérer même au fond du désespoir ».

Emmanuel a étudié en Haïti, au Guatemala et en France. Il a occupé plusieurs fonctions académiques de haut niveau à l’Uniq, où il dirige le Collège doctoral. Il se consacre au développement de la science en Haïti et a à son actif plusieurs articles et livres scientifiques.

La France, l’un des « rares pays » à financer l’enseignement supérieur et la recherche

L’ingénieur électronique Patrick Attié a, de son coté, salué, en la France, l’un des « rares pays » à financer l’enseignement supérieur et la recherche. Il s’est dit à la disposition de tous les partenaires pour continuer à avancer.

Attié a étudié en France et aux États-Unis. Il a fondé, en 1995, l’École supérieure d’infotronique d’Haïti (Esih), première école haïtienne de formation d’ingénieurs en technologies de l’information et de la communication. Il est aussi membre fondateur de la Conférence des recteurs et des présidents d’université d’Haïti (Corpuha).

Les Palmes académiques constituent un ordre honorifique, créé en France en 1955. Il comporte les grades de chevalier, officier et commandeur. Elles sont accordées aux étrangers et aux Français résidant à l’étranger qui contribuent à l’expansion de la culture française dans le monde. [apr 07/12/2020 19:00]