Développement durable

Agriculture : La Fao et le Pam appellent à des actions urgentes et coordonnées pour prévenir une aggravation de l’insécurité alimentaire en Haïti


mercredi 25 novembre 2020

Les crises socio-politiques, le climat d’insécurité, l’impact socio-économique de la pandémie de Covid-19 (le nouveau coronavirus) sont parmi les facteurs majeurs, qui ont contribué à l’aggravation de l’insécurité alimentaire en Haïti, relèvent la Fao et le Pam

P-au-P, 25 nov. 2020 [AlterPresse] --- L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) et le Programme alimentaire mondial (Pam) préconisent de favoriser, au plus vite, la disponibilité de denrées alimentaires, chez les « communautés rurales, disproportionnellement affectées par les conséquences néfastes de la crise, pour améliorer leurs moyens d’existence », dans un rapport publié le vendredi 6 novembre 2020, dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

« 4 millions de personnes, soit 40 pour cent de la population (en Haïti), sont en état d’insécurité alimentaire de phase 3 (crise) et phase 4 (urgence) du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (Ipc) ».

Malgré « une nette appréciation de la gourde par rapport au dollar américain et au peso dominicain, entre le 10 août et le 30 septembre 2020, entraînant une baisse de prix des céréales et des produits secs » (Unité de statistique agricole et informatique / Usai, au Ministère de l’agriculture, des ressources naturelles et du développement rural / Marndr, octobre 2020), il y a des risques d’amplification de la crise alimentaire, entre mars et juin 2021, sur le territoire national, alertent la Fao et le Pam.

Ces 2 agences onusiennes rattachent également la détérioration de la situation alimentaire en Haïti à la pandémie de Covid-19 (le nouveau coronavirus) et à ses effets néfastes sur les chaînes d’approvisionnement agro-alimentaires et nutritionnels.

« Haïti fait face à une crise humanitaire complexe, notamment des événements météorologiques extrêmes, tensions sociopolitiques, épidémies et déplacements de population, qui ont considérablement aggravé la vulnérabilité de la population », avance le représentant de la branche de la Fao en Haïti, l’ingénieur agronome espagnol José Luis Fernández, nommé en octobre 2019 en Haïti, après avoir occupé le poste de représentant de la Fao aux Philippines, entre juin 2014 et septembre 2019.

Aussi, « dans la recherche de solutions viables, efficaces et efficientes à l’éradication de la faim et de la malnutrition en Haïti », convient-il d’agir maintenant (dès cette fin d’année 2020) au plus vite, par des efforts institutionnels pertinents, encourageant la disponibilité de denrées alimentaires auprès des communautés rurales, devenues vulnérables, sur le territoire national, recommandent la Fao et le Pam.

À côté du Venezuela, Haïti figure parmi les pays, dans la région de l’Amérique latine et des Caraïbes, qui ne sont pas à l’abri des risques d’aggravation de l’insécurité alimentaire, signale le rapport conjoint du 6 novembre 2020 de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) et du Programme alimentaire mondial (Pam). [mj rc apr 25/11/2020 12:00]