A travers Haiti

Haïti-Justice/Massacre Raboteau : Des organismes de droits humains souhaitent un procès en bonne et due forme


jeudi 29 octobre 2020

Gonaïves (Haïti), 29 oct. 2020 [AlterPresse] ---- Le Réseau national de défense des droits humains (Rndd) et le Bureau des avocates et avocats internationaux (Bai) exigent un procès en bonne et due forme contre toutes les personnes, impliquées dans le massacre Raboteau, perpétré, le 22 avril 1994, aux Gonaïves, selon les informations obtenues par l’agence en ligne AlterPresse.

Les responsables du Rnddh et du Bai se sont rendus, le jeudi 2 octobre 2020, aux Gonaïves, afin d’assurer un suivi sur ce dossier auprès du commissaire du gouvernement près le tribunal civil des Gonaïves, Me. Sérard Gasius, qui n’était pas en mesure de les recevoir, évoquant une urgence.

« Il y a des victimes, constituées en partie civile dans ce dossier, qui concerne, non seulement Emmanuel (Toto) Constant, mais aussi d’autres personnalités, qui travaillent actuellement dans de grands postes au sein de la nouvelle armée du régime du Parti haïtien tèt kale (Phtk) au pouvoir », rappelle Me. Mario Joseph du Bai.

Le Bai cite les noms des colonels de l’ancienne armée haïtienne, comme Jean Robert Gabriel, Louis-Jodel Chamblain et Carl Dorélien.

Il appelle le commissaire du gouvernement, près le tribunal civil des Gonaïves, en charge de ce dossier, à lancer des mandats contre les personnes, indexées lors du jugement par contumace, pour qu’elles puissent répondre de leurs actes par-devant la justice.

« Nous ne voulons pas d’un procès bâclé et de nature politique », affirme le Bai, mettant en garde contre une tentative du regime politique au pouvoir d’épargner ces proches dans ce dossier.

Emmanuel (Toto) Constant a été expulsé des États-Unis d’Amérique, pour fraude, le 23 juin 2020, en pleine crise sanitaire due au Covid-19 (le nouveau coronavirus), et arrêté à son arrivée à Port-au-Prince.

Emmanuel Constant a été reconnu coupable par contumace et condamné à la réclusion à perpétuité, pour son implication dans le massacre de Raboteau, aux Gonaïves, perpétré le 22 avril 1994.

Ce jugement historique, en Haïti, a été rendu le 16 novembre 2000.

Le vendredi 10 juillet 2020, la justice haïtienne a indiqué qu’elle n’arrivait pas à localiser le dossier judiciaire de Constant, lié à sa détention. [emb rc apr 29/10/2020 14:00]