Dépêches

Haïti-Politique : Des sénateurs de l’opposition rejettent la prochaine tentative de mise en place du nouveau gouvernement


vendredi 26 juillet 2019

P-au-P, 26 juil. 2019 [AlterPresse] --- Le groupe des 4 sénateurs de l’opposition désapprouve catégoriquement la prochaine tentative de mise en place d’un nouveau gouvernement, avec les nominations officielles effectuées par le président Jovenel Moïse, dans une lettre en date du 25 juillet 2019, adressée au président du sénat, Carl Murat Cantave, et dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

Les 4 sénateurs de l’opposition (Nènel Cassy, Antonio Chéramy, Evalière Beauplan et Ricard Pierre) dénoncent ce qu’ils appellent un partage de pouvoirs, contraire aux intérêts du peuple haïtien.

Cette étonnante démarche de Jovenel Moïse serait loin d’être celle d’un protagoniste responsable, critiquent ces 4 sénateurs de l’opposition, condamnant le choix du nouveau premier ministre, intervenu sans consultation préalable des différentes tendances au sénat de la république.

« La crise profonde actuelle n’a rien à voir avec la mise en place d’un nouveau gouvernement », soulignent ces 4 parlementaires, qui préconisent de mettre fin au système en place et d’instaurer un nouveau système, qui serait apte à formuler un autre projet de société.

« L’équipe au pouvoir a échoué et a perdu toute crédibilité, aux yeux de la population », estiment-ils.

Différents secteurs sociopolitiques ont exprimé leur scepticisme, face à la formation du probable cabinet ministériel du nouveau premier ministre nommé, Fritz William Michel, qui a déjà déposé ses pièces, à la chambre des députés, le mercredi 24 juillet 2018.

Le probable nouveau cabinet ministériel est composé de 18 personnalités, dont 9 femmes et 9 hommes, selon un arrêté présidentiel en date du 24 juillet 2019.

Les 4 sénateurs de l’opposition continuent d’exiger la démission de Jovenel Moïse de la présidence politique en Haïti, la réalisation du procès PetroCaribe de l’aide vénézuélienne à Haïti, la tenue d’une conférence nationale souveraine, le jugement des auteurs des massacres à la Saline (quartier situé non loin du bord de mer à Port-au-Prince), la mise en place d’un gouvernement de transition et l’adoption de mesures d’urgence, afin de soulager les souffrances de la population.

Ils exhortent les différents protagonistes politiques, notamment le président du sénat et les organismes internationaux, à mesurer, disent-ils, « le sens de la bataille du peuple haïtien, qui réclame le départ de Jovenel Moïse et la mise en place d’un nouveau système ».

De nouvelles mobilisations sont annoncées, notamment à Port-au-Prince, par plusieurs organisations, en vue de forcer Jovenel Moïse à quitter le pouvoir et de dénoncer l’ingérence des puissances impérialistes dans les affaires internes du pays, à l’occasion du 104e anniversaire de la première occupation américaine d’Haiti (28 juillet 1915-28 juillet 2019). [emb rc apr 26/07/2019 11:45]