Dépêches

Haïti : Le parti politique Fanmi Lavalas réclame justice pour les victimes d’insécurité à la troisième circonscription de Port-au-Prince


mercredi 10 juillet 2019

P-au-P, 10 juil. 2019 [AlterPresse] --- La coordination du parti politique Fanmi Lavalas, à la troisième circonscription de Port-au-Prince, réclame que justice soit rendue aux victimes de la zone, lors d’une conférence de presse, à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

Cette branche du parti Fanmi Lavalas dénonce de nombreux actes de représailles, de brigandage, d’intimidations ainsi que les mauvais traitements, infligés aux habitantes et habitants dans cette zone.

Marie Florence Agnant, la secrétaire de la coordination Fanmi Lavalas, dans la troisième circonscription de Port-au-Prince, déplore les conditions de vie infrahumaines des Haïtiennes et Haïtiens, et les assassinats répétés dans les quartiers populaires.

Depuis quelque temps, la troisième circonscription de Port-au-Prince (Portail Léogane, Martissant ect.) est en proie à de multiples violences, exercées sur la population par des gangs armés.

237 cas de blessés par balles ont été enregistrés, pour les trois premiers mois de 2019, à l’hôpital Médecins sans frontières (Msf), situé à Martissant.

Le parti politique Fanmi Lavalas élève la voix contre une attaque armée, perpétrée le samedi 6 juillet 2019, sur la route des Dalles (au sud-est de Port-au-Prince), sur le véhicule du député Bélizaire Printemps (opposant farouche au régime tèt kale au pouvoir), dans lequel se trouvait une membre du protocole à la chambre des députés, Pedrica Saint-Jean, qui a été atteinte, à l’occasion, de plusieurs balles, dans le dos et à l’épaule.

Le diagnostic vital de Pedrica Saint-Jean, qui a subi une intervention chirurgicale, le même jour, ne serait pas engagé.

La victime revenait des funérailles du journaliste de la Radio sans fin (Rsf), Pétion Rospide, assassiné dans la soirée du lundi 10 juin 2019, dans la zone du Portail Léogâne, alors qu’il venait d’animer une émission.

Cette attaque armée, qui aurait pu coûter la vie à Pedrica Saint-Jean, constitue un guet-apens, lié à un banditisme d’État, considère le député Bélizaire Printemps, qui ne se trouvait pas à bord du véhicule attaqué.

Le député Printemps de Fanmi Lavalas y voit une sorte de persécution politique, de tentative d’intimidation, qui seraient orchestrées par le pouvoir en place.

Cet attentat armé survient dans un contexte d’insécurité et d’agitations politiques, a souligné, en conférence de presse, le mardi 9 juillet 2019, Barbara Guillaume, la responsable de communication de l’organisation Tribin politik fanm, tout en se gardant d’accuser un secteur en particulier.

Le député Bélizaire Printemps aurait été ciblé par les « assassins, qui défendent le pouvoir du Parti haïtien tèt kale (Phtk) », a fait savoir, dans une note, le Secteur démocratique et populaire, qui condamne la tentative d’assassinat contre la militante Pedrica Saint-Jean. [mj emb rc apr 10/07/2019 16:40]