Dépêches

Droits humains : La justice en Haïti aurait suffisamment d’éléments pour les suivis appropriés sur le massacre de La Saline, estime le Rnddh


mercredi 26 juin 2019

P-au-P, 26 juin 2019 [AlterPresse] --- La justice en Haïti aurait suffisamment d’éléments pour effectuer les suivis nécessaires sur le massacre, perpétré, en novembre 2018, dans le quartier de La Saline (Port-au-Prince), estime le Réseau national de défense des droits humaines (Rnddh), qui intervenait à l’émission FwoteLide sur AlterRadio 106.1 FM.

En attendant les suites nécessaires avec les instances judiciaires, le Rnddh indique être en train d’accompagner des survivantes et survivants de ce massacre à La Saline, dont les femmes violées.

Après la tuerie, des survivantes et survivants ont sollicité l’accompagnement du Bureau des droits humains en Haïti (Bdhh), du Bureau des organisations de défense des droits humains (Boddh) et du cabinet de Me Sonel Jean François.

« Nous avons créé un comité pour réunir ces différentes structures, afin d’éviter que le dossier des victimes ne soit pas scindé ».

C’est ce qu’a informé, à l’émission FwoteLide, l’assistante de programme au Réseau national de défense des droits humains (Rnddh), Rosie Auguste.

A FwoteLide sur AlterRadio 106.1 FM, le Rnddh a réagi autour du rapport de la section des droits humains de la Mission des nations unies pour l’appui à la justice haïtienne (Minujusth) sur le massacre de novembre 2018 à La Saline.

La tuerie à La Saline, des 13 et 14 novembre 2018, aurait été commise pour empêcher les habitantes et habitants de ce quartier de participer, le 18 novembre 2018, à la deuxième grande manifestation anti-corruption, souligne le Rnddh.

Le massacre de la Saline, les 13 et 14 novembre 2018, était l’œuvre de 5 gangs armés, avec la complicité présumée de certains agents de l’État haïtien, confirme un rapport de la section des droits humains de la Minujusth.

Un bilan partiel de ce carnage, dressé par la Minujusth, a fait état de 26 morts, 3 blessés, 2 survivantes de viol et 12 disparus.

Le bilan de cette tuerie, commise les 1er et 13 novembre 2018, s’élève à au moins 71 morts, selon un rapport publié par le Rnddh, le jeudi 20 décembre 2018.

Plus de 70 personnes, dont des autorités étatiques et deux anciens policiers nationaux, devraient être arrêtées pour « actes répréhensibles », liés à la tuerie, perpétrée le 13 novembre 2018, au quartier La Saline, a recommandé une enquête interne de la Direction centrale de la police judiciaire (Dcpj). [dj emb rc apr 26/006/2019 15:30]