Dépêches

Politique : Séance d’ouverture annoncée, ce 26 juin 2019, de la 2e session ordinaire de l’année législative en Haïti


mercredi 26 juin 2019

P-au-P, 26 juin 2019 [AlterPresse] --- Alors que les deux chambres au parlement sont marquées par une paralysie, voir un dysfonctionnement caractérisé, depuis plusieurs mois, une séance d’ouverture de la 2e session ordinaire de l’année législative est annoncée, pour ce mercredi 26 juin 2019, au parlement en Haïti, apprend l’agence en ligne AlterPresse.

Cette séance devrait coïncider avec la fermeture de la session extraordinaire, de l’année législative, convoquée le lundi 13 mai 2019 par la présidence de Jovenel Moïse et officiellement ouverte le mardi 14 mai 2019, mais qui, malheureusement, n’a pas eu lieu formellement, vu les remous politiques secouant la république d’Haïti.

Le projet de loi de finances 2018 - 2019, qui était au menu de la session extraordinaire du 13 mai 2019, n’est, jusqu’à date (26 juin 2019), pas sanctionné, ni par le sénat, ni par la chambre des députés.

Ce qui fait dire, dans l’opinion publique en Haïti, que l’État fonctionne, depuis le 1er octobre 2018, avec « un budget discrétionnaire, voué aux caprices de l’exécutif ».

16 sénateurs étaient présents à une séance plénière, convoquée, le mardi 25 juin 2019, par le président du sénat, Carl Murat Cantave, à la salle polyvalente de la chambre haute, aménagée pour la circonstance.

Lecture de la correspondance, discussion sur la tenue de l’Assemblée nationale, remise du rapport PetroCaribe à la commission Anti-corruption du sénat et débat sur la crise actuelle ont été parmi les points, qui figuraient dans l’ordre du jour de la séance, adopté à l’unanimité après quelques modifications.

Trois sénateurs ont laissé la séance du 25 juin 2019, lors des échanges sur la crise, infirmant, du coup, le quorum.

Une dernière tentative d’audition de la politique générale du premier ministre nommé Jean Michel Lapin, a échoué, le jeudi 30 mai 2019, au sénat de la république.

Le 30 mai 2019, les sénateurs de l’opposition avaient renversé des bureaux, pupitres et chaises au sénat. D’autres matériels de bureau ont été, à l’occasion de ce mouvement de contestation, également déplacés et installés sur la cour du parlement.

Devant la gravité de la situation, le président du sénat a été contraint, à la même date du 30 mai 2019, d’annuler cette séance, pendant que de vives tensions étaient enregistrées aux abords du parlement, de la part de manifestants, qui réclamaient la démission de Jovenel Moïse, tout en critiquant l’attitude « intéressée » de la plupart des parlementaires (sénateurs et députés), au détriment des aspirations collectives nationales.

A rappeler combien deux autres tentatives, pour organiser la séance de ratification de Lapin (en attente de ratification par-devant les deux chambres) avaient préalablement avorté, respectivement les dimanche 12 mai et mardi 14 mai 2019. [emb rc apr 26/06/2019 10:40]