Perspectives

Haïti / Politique et social : Port-au-Prince au cœur de protestations et revendications, sur fond de tension


vendredi 7 juin 2019

P-au-P, 07 juin 2019 [AlterPresse] --- Port-au-Prince, la capitale de la république d’Haïti connaît, à la mi-journée de ce vendredi 7 juin 2019, différents mouvements de protestations et de revendications, pendant qu’une peur panique tend à s’installer chez divers citoyennes et citoyens, à la veille de l’éventualité d’une résurgence de pays fermé (pays « locked »), suivant les témoignages recueillis ainsi que le constat de l’agence en ligne AlterPresse.

Des barricades de pneus usagés enflammés ponctuent les mouvements, poursuivis par des fonctionnaires, dont des ministères de l’éducation nationale et des affaires sociales.

Au Champ de Mars, principale publique dans la capitale, des barricades de pierres ont été dressées aux abords de la Faculté d’ethnologie (Fe) de l’Université d’État d’Haïti (Ueh). D’aucuns se demandent est-ce que des accusations de fauteurs de troubles ne vont pas être portées sur les étudiants de la Fe, à qui sont souvent reprochées des actions d’agitation, de temps à autre.

Beaucoup de services privés s’apprêtaient à fermer leurs portes, par crainte de probables casses qui mettraient en danger la vie de leurs employés ainsi que les biens meubles et immeubles de ces services.

La circulation piétonnière et automobile se ressent du climat ambiant, caractérisé par des rumeurs diverses, des mouvements de protestations-revendications sectorielles et des demandes de poursuite en justice contre les responsables de la dilapidation de plusieurs milliards de dollars américains (Ndlr : US $ 1.00 = 96.00 gourdes ; 1 euro = 110.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 2.00 gourdes aujourd’hui) de fonds publics, en relation avec le programme PetroCaribe de l’aide vénézuélienne à Haïti.

Des bouchons considérables sont enregistrés çà et là, sur diverses artères, ce 7 juin 2019, dans la zone métropolitaine de la capitale, Port-au-Prince.

Au niveau du centre-ville, beaucoup de personnes éprouvent des difficultés à trouver des transports publics, qui seraient devenus rares sur différents circuits. Plusieurs passagères et passagers n’ont eu d’autres choix que d’emprunter à pied les voies, pour rentrer chez eux, faute de pouvoir vaquer normalement aux activités initialement prévues.

Des tirs sporadiques d’armes sont également entendus par des riveraines et riverains, dans plusieurs quartiers, sans une claire identification, ni de la provenance ni des auteurs, de ces tirs d’armes.

Dans cette atmosphère troublante, l’inquiétude tend à gagner les parents d’écolières et d’écoliers, qui anticipent de possibles répercussions, négatives, sur la fin de l’année académique scolaire 2018 – 2019. Il y a aussi des incidences, qui risquent de se produire sur la sécurité des enfants et jeunes sortant des classes, ce vendredi 7 juin 2019.

En ce mois de juin 2019, les établissements scolaires tentent de boucler leurs programmes de fin d’année, qui comportent la dernière période d’évaluation de l’année académique 2018 - 2019.

Dépendamment de ce qui va se passer dimanche (9 juin 2019), à l’occasion de l’appel à la mobilisation citoyenne contre la corruption, la semaine à venir pourrait être agitée, supputent des riveraines et riverains dans plusieurs quartiers à Port-au-Prince.

Nombreuses et nombreux sont les écolières et écoliers, qui se demandent est-ce qu’ils ne seront pas contraints à rester chez eux, la semaine prochaine, qui devait coïncider avec les derniers cours et épreuves de l’année académique. [emb rc apr 07/06/2019 13:00]