Dépêches

Politique : La mauvaise gouvernance à l’origine de la crise multiforme actuelle en Haïti, selon l’Opl


mercredi 22 mai 2019

P-au-P, 22 mai 2019 [AlterPresse] --- La mauvaise gouvernance serait responsable de la crise multidimensionnelle, à laquelle fait face la population en Haïti, analyse le parti politique Organisation du peuple en lutte (Opl).

La situation socio-économique du pays est marquée par une inflation à hauteur de 17.7%, déplore Edgard Leblanc Fils, coordonnateur général de l’Opl, lors d’une conférence de presse, ce mercredi 22 mai 2019, à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

Le parti Opl évoque également la cherté de la vie et la dépréciation de la gourde par rapport au dollar américain (Ndlr : US $ 1.00 = 91.50 gourdes ; 1 euro = 109.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 2.00 gourdes aujourd’hui).

Parallèlement, la Direction générale des impôts (Dgi) ne collecte pas assez d’argent, à travers les douanes, alors que les firmes de construction, le secteur industriel et touristique sont en décroissance.

Cette situation « explosive » engendre le déficit budgétaire dans le pays, relève l’Opl.

L’Organisation du peuple en lutte critique la recrudescence de l’insécurité, qui fait rage, depuis plusieurs mois, à travers le territoirenational, en Haïti, dont à La Saline et à Carrefour Feuilles(Port-au-Prince).

9 morts et 10 blessés ont été enregistrés, lors d’une attaque meurtrière, perpétrée, dans la soirée du mercredi 24 avril 2019, à l’Impasse Eddy, à Carrefour Feuilles, par des gangs armés, de Sony Jean, plus connu sous le nom de Ti je.

SonyJean, alias Ti je, a été abattu par la Police nationale d’Haïti (Pnh), lors d’un échange de tirs, dans la nuit du lundi 29 avril 2019, à Delmas 83 (municipalité au nord-est de Port-au-Prince).

Le bilan d’une tuerie, perpétrée à La Saline, les jeudi 1er et mardi 13 novembre 2018, s’élève à au moins 71 morts, selon un rapport publié par le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh), le jeudi 20 décembre 2018.

Le parti politique Opl lance un appel au dialogue aux différents secteurs de la vie nationale, aux élites du pays, pour mettre sur pied « un nouveau système, basé sur la reconnaissance de l’autre, une société de contrat, et non sur un rapport de force ».

Lors d’une cérémonie officielle, le samedi 18 mai 2019, à l’occasion du 216e anniversaire de la création (le 18 mai 1803) du drapeau national, dans la commune de l’Arcahaie (au nord de Port-au-Prince), le président Jovenel Moïse a réitéré, de nouveau, un énième appel au dialogue, qu’il assimile à « la seule voie possible pour une sortie de crise », mais que beaucoup considèrent comme « un slogan répétitif, dénué de sincérité ». [mj emb rc apr 22/05/2019 15:40]