Dépêches

Haïti-Justice/PetroCaribe : Les membres de la Cscca feraient l’objet de menaces de toutes sortes, selon le Rnddh


vendredi 17 mai 2019

P-au-P, 17 mai 2019 [AlterPresse] --- Depuis la publication, le 31 janvier 2019, du premier rapport partiel sur la gestion des fonds PetroCaribe, les membres de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (Cscca) feraient l’objet de menaces de toutes sortes, fait savoir à AlterRadio le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh), citant la Cscca.

De plus, le gouvernement ne leur a pas fourni les moyens, qu’il leur avait promis. Ce qui complique davantage leur tâche.

Les membres de la Cscca ont fait cette révélation à une délégation du regroupement « Ensemble contre la corruption (Ecc), qui les avait rencontrés, le jeudi 16 mai 2019, rapporte le Rnddh.

La structure appelée « Ensemble contre la corruption » (Ecc) regroupe la Commission épiscopale nationale (catholique romaine) Justice et Paix (Ce-Jilap), le Centre d’analyse et de recherche en droits humains (Cardh), le Centre œcuménique des droits humains (Cedh), le Conseil haïtien des acteurs non-étatiques (Conhane) et le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh), entre autres.

Ces organisations de défense et de promotion de droits humains ont désapprouvé une motion, déposée par des députés, visant à faire obstacle à la publication du rapport complémentaire de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif, relatif à la gestion des fonds PetroCaribe.

Ces députés auraient appelé à juger les membres de la Cscca, par devant la Haute cour de Justice, pour manquement à la réalisation de leur mission, ont-elles dénoncé.

Ces menaces contre la Cscca arrivent dans un moment, où la Cscca doit remettre un audit complet, promis sur la gestion de plusieurs milliards de dollars américains (Ndlr : US $ 1.00 = 90.00 gourdes ; 1 euro = 105.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 1.90 gourde aujourd’hui) du programme PetroCaribe d’aide vénézuélienne à Haïti.

Des irrégularités graves, des fautes de gestion et des détournements de fonds ont été relevés dans un audit incomplet de la Cscca sur le programme PetroCaribe, rendu public le 31 janvier 2019.

De hauts dignitaires de l’Etat, dont des premiers ministres, ainsi que d’anciens ministres, d’anciens directeurs généraux et des responsables de firmes de constructions sont également indexés dans la mauvaise gestion de ces fonds publics. [emb rc apr 17/05/2019 11:50]