Espace Femmes

Genre : « Saj fanm pou fanm », un projet visant à réduire la mortalité maternelle en Haïti


mardi 7 mai 2019

P-au-P, 07 mai 2019 [AlterPresse] --- Le projet Saj fanm pou fanm, consistant, notamment, à renforcer la profession et la pratique de sages-femmes en Haïti, a été officiellement lancé, le dimanche 5 mai 2019, à Chansolme (département du Nord-Ouest d’Haïti), selon les informations rassemblées par l’agence en ligne AlterPresse.

Le lancement de ce projet a eu lieu en présence de la titulaire démissionnaire au Ministère de la santé publique et de la population (Mspp), Dre Marie Greta Roy Clément, de l’ambassadeur du Canada, accrédité en Haïti, André Frenette, et du représentant du Fonds des Nations unies pour la population (Unfpa), le Luxembourgeois Yves Sassenrath.

Le projet Saj fanm pou fanm, qui s’étale sur cinq ans (2019 - 2024), cible les zones les plus démunies en sages-femmes, avec des taux de couverture inférieurs à 10%, par rapport aux normes attendues.

Quatre départements géographiques, à savoir les Nippes et la Grande Anse (Sud-Ouest d’Haïti), le Sud-Est et le Nord-Ouest sont retenus pour la mise en œuvre du projet, qui sera assurée par la branche en Haïti du Fonds des Nations Unies pour la population (Unfpa).

Réduire la mortalité maternelle et néonatale, par l’amélioration de la santé sexuelle et reproductive des femmes et des filles, est l’un des objectifs, visés par le projet Saj fanm pou fanm, financé par le gouvernement du Canada à hauteur de 15 millions de dollars canadiens (Ndlr : US $ 1.00 = 88.00 gourdes ; 1.00 dollar canadien = 70.00 gourdes ; 1euro = 103.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 1.90 gourde aujourd’hui).

Le projet Saj fanm pou fanm ambitionne également de répondre au manque de personnels compétents, à l’insuffisance d’installations sanitaires et aux coûts prohibitifs des soins, selon le responsable de la Direction de la santé de la famille (Dsf) au Mspp, Dr Reynold Grand-Pierre.

Le projet Saj fanm pou fanm tend à cheminer vers l’atteinte, d’ici l’année 2030, de la cible 3.1 des Objectifs de développement durable (Odd), à savoir ramener la mortalité maternelle au-dessous de 70 décès pour 100 mille naissances vivantes en Haïti, estime la titulaire démissionnaire au Mspp, Marie Gréta Roy Clément.

Le taux de mortalité maternelle en Haïti a connu, en dix ans, une légère diminution. Il est passé de 630 pour 100 mille naissances vivantes à 529 en 2017, relève, pour sa part, l’ambassadeur du Canada en Haïti, André Frenette.

La formation de 610 sages-femmes supplémentaires, dont 450 à l’Institut national supérieur de formation des sages-femmes (Insfsf) et 160 dans des annexes, sera assurée, d’ici 5 ans en Haïti, dans le cadre du projet Saj fanm pou fanm, ajoute Frenette.

Le représentant de la branche de l’Unfpa en Haïti, Yves Sassenrath, a voulu, de son côté, attirer l’attention sur l’expertise technique de l’Unfpa, dans le domaine de la santé maternelle et des sages-femmes.

Le projet Saj fanm pou fanm, qui ambitionne de renforcer la profession et la pratique de Sage-Femme en Haïti, a été lancé, à l’occasion de la Journée internationale de la Sage-femme, le 5 mai de chaque année, consacré, le 5 mai 2019, autour du thème « Sages-Femmes : défenseurs des droits des femmes ». [emb rc apr 07/05/2019 14:10]