Dépêches

Politique : La commission présidentielle dénommée « États généraux sectoriels de la nation » déplore l’absence de consensus entre citoyennes et citoyens en Haïti


mercredi 24 avril 2019

P-au-P, 24 avril 2019 [AlterPresse] --- L’absence de consensus sur les obligations, liant chaque Haïtienne / chaque Haïtien, constitue l’un des plus grands problèmes, auxquels est confrontée la société dans la république caribéenne.

C’est ce qui ressort d’un récent rapport de la commission présidentielle dénommée « États généraux sectoriels de la nation » (Egsn), intitulé "gouvernance politique, économique et socio-culturelle, diagnostic et perspectives de réforme", souligne Louis Naud Pierre, secrétaire exécutif de cette commission, dans des déclarations à l’émission FwoteLide sur AlterRadio.

Le document est issu de consultations, engagées par la commission Egsn avec des représentantes et représentants dans différents secteurs de la vie nationale.

Un sentiment d’insécurité, devant les difficultés, de plus en plus nombreuses, éprouvées par les citoyennes et citoyens pour satisfaire leurs besoins essentiels (l’importation et la spéculation sont ainsi mises en cause), et une intégration marginale du pays dans la mondialisation figurent parmi les préoccupations, formulées dans ce rapport.

Le secrétaire exécutif de la commission présidentielle dénommée « États généraux sectoriels de la nation » évoque un ensemble d’obstacles politiques, comme un ensemble d’incohérences au niveau de la Constitution, les moyens de financement de la vie politique et le problème d’alternance du pouvoir.

« Nous sommes dans un jeu, où les plus forts cherchent généralement à dominer les faibles, à l’instar du modèle de comportement entre maîtres et esclaves », relève Louis Naud Pierre, invitant les Haïtiennes et Haïtiens à défendre leurs intérêts, à travers la satisfaction de ceux des autres.

Il existe, en Haïti, un système d’exploitation, hérité de l’esclavage, qui engendre davantage de frustrations, de rancœur, d’antagonisme et de haine, entre les citoyennes et citoyens.

Quoiqu’il en soit, les citoyennes et citoyens ont, de plus en plus, une conscience d’égalité, signale la commission dénommée « États généraux sectoriels de la nation ». [emb rc apr 24/04/2019 13:55]