Dépêches

Haïti-Justice : Ultimatum au juge Ramoncite Accimé pour l’audition des personnes indexées dans le dossier PetroCaribe


mercredi 24 avril 2019

P-au-P, 23 avr. 2019 [AlterPresse] --- Les avocats des plaignants ont donné un ultimatum de 22 jours (jusqu’au mardi 14 mai 2019) au juge d’instruction Ramoncite Accimé, en vue de faire comparaître, par devant la justice, les personnes soupçonnées d’implication dans la dilapidation des fonds PetroCaribe de l’aide vénézuélienne à Haïti.

« Passé ce délai, si les personnes soupçonnées ne sont pas entendues par la justice, nous récuserons le juge Ramoncite Accimé », en charge de cette affaire, avertit Me Michel André, lors d’une conférence de presse, donnée après le dépôt du document d’ultimatum, et à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

Une requête argumentée, relative au dossier PetroCaribe, a été déposée, ce mardi 23 avril 2019, par les avocats de la partie civile, au bureau du juge d’instruction, au palais de justice de Port-au-Prince.

Dans le document, les avocats des plaignants dans le dossier PetroCaribe exigent également la confiscation des biens matériels des personnes indexées dans l’affaire PetroCaribe, des dispositions d’interdictions de départ d’Haïti contre les personnes indexées ainsi que l’arrestation des anciens présidents Joseph Michel Martelly (14 mai 2011 - 7 février 2016) et Jocelerme Privert (14 février 2016 - 7 février 2017).

Une ordonnance judiciaire devrait aussi être prise pour solliciter l’aide d’experts des Organisations des Nations unies (Onu), des États américains (Oea), pour forcer les dilapidateurs à restituer les biens matériels et immatériels, situés en terre étrangère.

De hauts dignitaires de l’Etat, dont des premiers ministres, ainsi que d’anciens ministres, d’anciens directeurs généraux et des responsables de firmes de constructions sont également indexés dans la mauvaise gestion de plusieurs milliards de dollars américains (Ndlr : US $ 1.00 = 86.00 gourdes ; 1 euro = 102.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 1.80 gourde aujourd’hui) du programme PetroCaribe.

Des irrégularités graves, des fautes de gestion et des détournements de fonds ont été relevées dans un audit incomplet de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (Cs-cca) sur le programme PetroCaribe, rendu public le 31 janvier 2019.

Un sit-in est prévu, le vendredi 26 avril 2019, devant la Cscsa, pour demander à celle-ci de publier le rapport final sur la gestion des fonds PetroCaribe. [mj emb rc apr 23/04/2019 16:31]