Dépêches

Justice : La Minujusth dresse un bilan de ses 18 mois de fonctionnement en Haïti


mardi 23 avril 2019

P-au-P, 23 avr. 2019 [AlterPresse] --- La Mission des Nations unies pour l’appui à la justice en Haïti (Minujusth) présente un bilan de ses 18 mois de fonctionnement en Haïti, dans un document dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

Dans ce bilan, elle évoque les progrès réalisés dans le pays comme l’augmentation de 19% de l’effectif de la Police nationale d’Haïti (Pnh), qui passe à 14911 policières et policiers.

L’effectif des femmes policières est également passé de 1,028 à 1,483 policières en avril 2019, soit 9.9% de l’effectif de la Pnh.

150 officiers cadres de la Pnh ont bénéficié de mentoring et transfert de compétences, dans le cadre du Plan de développement stratégique 2017-2021.

La lutte contre les crimes de violence sexuelle et sexiste, la création, à la Direction centrale de la police judiciaire (Dcpj), d’un bureau spécialisé et la formation de 500 acteurs de différents secteurs sont parmi les actions, mises en oeuvre avec l’aide de la Minujusth.

En rapport à l’état de droit, une augmentation de 150 % a été enregistrée au niveau des dossiers judiciaires, qui ont été traités le jour même de leur réception par le parquet près le tribunal civil de Port-au-Prince.

2,764 dossiers de prisonniers en détention préventive ont été pris en charge par les Bureaux d’aide légale, dépassant l’objectif de 1,800 dossiers.

La Minujusth indique avoir aussi contribué à la diminution du nombre de prisonniers en détention provisoire, au renforcement de l’Office de la protection de la citoyenne et du citoyen (Opc) et à la nomination, en septembre 2018, d’une ministre déléguée aux droits humains, entre autres.

Il y a eu une réduction de la violence communautaire, selon ce même bilan.

La présence de la Minujusth en Haïti n’a pas réellement contribué à appuyer la lutte contre l’impunité et à protéger les droits humains, selon plusieurs secteurs.

Des actes d’assassinats ont eu lieu dans plusieurs quartiers populaires, dans la zone métropolitaine de la capitale, Port-au-Prince, notamment à La Saline, alors qu’aucune enquête n’a été ouverte pour identifier les coupables.

La Minujusth reste également muette sur les grands dossiers, relatifs à la justice dans le pays.

La mission onusienne, dont le mandat arrivera à terme le 15 octobre 2019, a pour mission d’aider dans la professionnalisation de la Pnh, le renforcement de l’État de droit et la promotion des droits humains.

Elle avait pris fonction, à Port-au-Prince, le lundi 16 octobre 2017, au lendemain du départ de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah). [mmf emb gp apr 23/04/2019 14:50]