Dépêches

Haïti-Insécurité : Dénonciation du laxisme des autorités étatiques dans le département de l’Artibonite


mardi 23 avril 2019

P-au-P, 23 avr. 2019 [AlterPresse] --- Plusieurs personnalités et institutions condamnent le laxisme des autorités étatiques face aux gangs armés opérant dans le département de l’Artibonite, dans des interviews accordées à AlterRadio.

Depuis l’attaque armée perpétrée le vendredi 19 avril 2019, contre le commissariat de Petite rivière de l’Artibonite, par des civils armés, aucune présence policière n’est observée au niveau des première et deuxième sections communales de la zone.

C’est ce qu’a relaté un confrère de la localité de Jean Denis, Chetzer Saint Louis.

Les bandits armés profitent de l’absence des autorités pour étendre leur contrôle dans certaines zones, rapporte-t-il, soulignant combien la population vit dans la peur notamment à la Petite Rivière de l’Artibonite.

Plusieurs institutions publiques et privées ont fermé leurs portes, le lundi 22 avril 2019, craignant d’éventuelles attaques de bandes armées, fait savoir le secrétaire général de Mouvman inite ti peyizan Ayisyen, Durolus Dérilus.

Les activités commerciales fonctionnent au ralenti, ajoute-t-il, appelant l’Etat à prendre des dispositions pour permettre aux citoyennes et citoyens de vaquer librement à leurs activités.

Les bandits armés pourraient même avoir droit de vie et de mort sur les citoyens, à cause de l’impuissance des autorités, pense-t-il.

Armes à la main, des civils dansent dans des raras (bandes musicales ambulantes) dans la commune de Marchand Dessalines, relate-t-il.

Des décisions doivent être prises au plus haut niveau de l’Etat pour lutter contre la situation d’insécurité qui règne à travers le pays, souhaite Me. Patrice Florvilus, membre du Cabinet des avocats spécialisés dans les litiges stratégiques liés aux droits humains.

L’absence de l’Etat dans plusieurs zones empêche les citoyens de se déplacer en toute quiétude à l’intérieur du pays, déplore-t-il.

Lors d’une conférence de presse, le 18 avril 2019, le secrétaire d’État à la sécurité publique, Léon Ronsard Saint-Cyr a exhorté les groupes armés à déposer leurs armes afin d’intégrer le programme de réinsertion mis en place récemment par le gouvernement.

Des unités spécialisées de la Police nationale d’Haiti (Pnh) sont présentes à Petite rivière de l’Artibonite pour reprendre le contrôle de la situation, après l’attaque du commissariat, a confirmé Saint-Cyr, dans la presse. [emb gp apr 23/04/2019 13 :00]