Dépêches

Economie : Mise en garde contre une libéralisation du marché des produits pétroliers en Haïti


mercredi 10 avril 2019

P-au-P, 10 avr. 2019 [AlterPresse] --- La rareté du carburant en Haïti serait le résultat d’un combat pour la libéralisation du marché des produits pétroliers, estime le regroupement Konbit ὸganizasyon politik, sendikal ak popilè yo.

Cette rareté arrive dans un contexte de lutte entre de grands commerçants, proches du pouvoir, et la bourgeoisie, pour une libération du marché du carburant, précise Konbit ὸganizasyon politik, sendikal ak popilè yo, dans une note transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

Ce serait une manœuvre de ces protagonistes pour prendre le contrôle total du commerce du carburant. La libéralisation du marché des produits pétroliers constitue supposément l’une des exigences, imposées par le Fonds monétaire international (Fmi), soutient le regroupement Konbit ὸganizasyon politik, sendikal ak popilè yo.

C’est sur cette base que le président Jovenel Moise avait projeté, sous la dictée du Fmi, d’augmenter les prix des produits pétroliers au cours du mois de juillet 2018, poursuit le regroupement Konbit ὸganizasyon politik, sendikal ak popilè yo.

Sous la pression de violentes manifestations, qui ont paralysé la capitale Port-au-Prince, le gouvernement a été contraint d’annoncer, dans l’après-midi du samedi 7 juillet 2018, le retrait de la mesure d’augmentation substantielle des prix des produits pétroliers, sur le marché national.

La situation actuelle contribue à aggraver les conditions de vie de la population, critique le regroupement Konbit ὸganizasyon politik, sendikal ak popilè yo, soulignant combien les citoyennes et citoyennes, notamment les enseignantes et enseignants ainsi que les élèves ont du mal à payer les frais de transports, pour aller vaquer à leurs activités.

Le problème d’indisponibilité des produits pétroliers sur le territoire national, constaté depuis janvier 2019, persiste jusqu’au mois d’avril 2019, en dépit de nombreuses dispositions, annoncées par le Bureau de monétisation des programmes d’aide au développement (Bmpad). [emb rc apr 10/04/2019 15:05]