Regard

Haïti-Poésie : Éloge à la beauté !


mercredi 6 mars 2019

Par Roody Édmé*

Soumis à AlterPresse

Voilà un auteur qui méritait bien de figurer dans la série des documentaires d’Arnold Antonin. Camper pour les générations futures la figure emblématique de ce grand maître de la poésie haïtienne qu’est Anthony Phelps était on ne plus indispensable.

En effet, Phelps occupe une place à part dans ce magnifique panthéon de poètes où figurent à la bonne place un René Philoctète, un Davertige ou un Serge Legagneur. La prose ailée de Phelps offre à son lecteur une vue plongeante de nos réalités sociopolitiques. Son disque culte, Mon pays que voici fut pendant des décennies le mantra de tous ceux qui ici et ailleurs ont rêvé d’une autre Haïti. Comme l’affirme, avec pertinence, la romancière Yanick Lahens, on trouvait chez la plupart des intellectuels des années soixante-dix, une photo du Che, le « Cahier d’un retour au pays natal » de Césaire et l’incontournable disque « Mon pays que voici ».

Arnold Antonin a donné carte blanche au poète pour qu’il évoque des moments de sa vie de créateur, d’Haïtien banni par la dictature, et aussi d’exilé à la verve prolifique. Oui un exilé qui, faute de pouvoir revenir de longues années au pays natal, a décidé d’embrasser la ville de Montréal. Un amour compensateur pour soulager l’intense douleur d’être coupé de ses racines. La terre d’exil est devenue une seconde patrie, une patrie de substitution. Une terre froide, gelée par d’intenses hivers mais dont la chaleur des habitants a servi d’incubateur à une œuvre grandiose.

Oui grandiose tant les vers sont amples, chamarrés et brillants. Un parfait styliste cet Anthony ! René Philoctète me confia un jour sur la galerie de sa mythique résidence à la ruelle Chrétien, à Port-au-Prince, que « Phelps écrivait avec une lame de rasoir et qu’en le lisant on pouvait entendre le bruit de la lame sur le papier froissé ». C’était en fait l’hommage d’un grand écrivain à un autre de ses pairs dont la pureté du style était reconnue de tous les poètes de sa génération.

Le film d’Arnold Antonin rend à l’écran la beauté de l’œuvre de Phelps. Le cinéaste s’est laissé séduire par la tessiture étendue sur de la soie, et aux sonorités chatoyantes des poèmes en les appariant avec bonheur et habilité à nos plus beaux sites non encore profanés par la dégradation ambiante.

 !962, C’est l’année où commence la saga du poète qui quitta son pays sur l’injonction ferme et affectueuse de sa mère : « Anthony, tu pars » lui dit-elle sur un ton grave. Un ton qui n’admettait pas de réplique. Les loups étaient déjà entrés dans la ville et leur hurlement hantait le sommeil des habitants. « Il était venu le temps de se parler par signes ». C’était en pleins tropiques, l’hiver des poètes.

Adieu Port-au-Prince, aux clubs littéraires, aux rendez-vous mondains chez la muse Marie Chauvet et à la Radio Cacique dont il fut le fondateur. Pour bien comprendre l’œuvre de Phelps, Arnold Antonin fit appel à ses amis écrivains : Yanick Lahens, Emelie Prophète, Louis Philippe Dalembert, au professeur Joseph Ferdinand de l’Université du Vermont à l’historienne Suzy Castor et au sociologue Claude Souffrant. Un intéressant regard croisé sur l’œuvre de Phelps a apposé le rigoureux Claude Souffrant au sémillant professeur Ferdinand.

Claude Souffrant trouve que Phelps s’est un peu trop détourné de la négritude et de l’africanité à un moment fort d’un mouvement qui donnait son étincelle à l’Amérique et aux Caraïbes. Il croit fermement à partir de sa lecture de sociologue que tout ceci est en lien direct avec les origines bourgeoises de Phelps. Ajoutant un clin d’œil pour les spectateurs : « Mon admiration pour l’œuvre de Phelps n’est pas aveugle ».

Pour Yanick Lahens, devait-on retirer tous les écrivains « bourgeois » de la littérature. Elle se porterait mal. Et le professeur Ferdinand de renchérir : « Phelps se méfiait de la négritude politique ». La négritude politique a été, faut-il s’ en souvenir, instrumentalisée par la dictature.

Toujours est-il que le scénario d’Arnold Antonin, la voix off de de la comédienne Myrtho Casséus, la musique originale de Patrick Louis et les magnifiques images traditionnelles de René Durocher font du documentaire : « Anthony Phelps à la frontière du texte », un film hommage dédié à un de nos plus actuels grands poètes .

* Éducateur, éditorialiste