Perspectives

Haïti-Médias : Le souvenir de Widson Dalès Buteau, journaliste d’AlterRadio décédé


mardi 19 février 2019

P-au-P., 18 févr. 2019 [AlterPresse] --- Les collaborateurs et collaboratrices du journaliste Widson Dalès Buteau, au sein d’AlterRadio et des autres unités du Groupe Médialternatif, expriment leur désolation suite a sa mort le mercredi 13 février 2019, à Port-au-Prince, à l’âge de 33 ans.

Dans des mémos, rédigés par chaque membre de l’équipe, journalistes, techniciens et personnel administratif se souviennent de sa présence amicale, de sa passion pour son métier et de ses qualités professionnelles.

Leurs mots sont repris in extenso par AlterPresse :

Dalida Charles (présentatrice, technicienne) :
Heureux ceux qui ont le coeur pur, car ils verront Dieu… Se yonn nan Beyatitid yo. Wi mwen kwè Widson Dalès Buteau va wè Bondye, paske li te gen bon kè. Se te yon bon moun, li te sensè nan tanperaman li. Li te toujou renmen fè yon ti souri, menm nan moman li konsantre sou travay li t ap fè. Mwen te mande l, yon lè, si l pa konn fache, li te reponn si toutfwa sa ta fèt, se pa pou lontan. Widson Dalès, se te yon bon kolaboratè. Li ale twò bonè. Ke Bondye resevwa l nan limyè li a.

Emmanuel Marino Bruno (journaliste) :
Sage, respectueux, conciliant et bon débatteur, Buteau était un rude travailleur, avec un sens du travail bien fait. Quand je l’appelais "l’infatigable", il souriait. Il avait cette capacité de choisir des sujets intéressants et originaux pour l’émission Ekososyal, qu’il animait avec beaucoup de dévouement. C’était un observateur avisé de l’actualité politique. C’était un journaliste passionné, qui exerçait son métier avec professionnalisme. Paix à son âme.

Ronald Colbert (membre du Conseil de gestion) :

Li toujou difisil pou pale de lanmò, sitou lè se yon moun ki te pre w, ou p ap ka wè ankò. Mwen se youn nan moun, nan ekip Gwoup medyaltènatif lan, ki te pase wè Dalès lopital, kote l te entène an. Se te jis kèk jou, anvan l te ale fè operasyon nan peyi Kiba. Li te blije pran desizyon sa a, paske doktè, ki anchaje pou fè operasyon sa a nan lestomak li, nan yon lopital an Ayiti, pa t disponib. Li te esplike m l ap jwenn rezilta nan peyi Kiba.

Li te di m li kontan vizit mwen an nan lopital lan. Dotan plis, li gen yon kanmarad fakilte, m te rankontre pa aza, nan vil pwovens, se mwen ki te konfime l Dalès entène lopital.

Nou te pase yon bon moman ap pale. Nou te jisteman pale de pwoblèm sante l. Li te gen anpil espwa, li pa t gen kè kase, apre tout enfòmasyon doktè isit an Ayiti te ba li sou maladi li an. Li te fè m konnen li te gade tou, sou entènèt, de ki prevyen sou maladi li an.

Andedan GM, nou te konn pale tanzantan. Nou te sitou boukante lapawòl sou itilizasyon lang kreyòl lan nan tèk jounalis yo, nan AltèRadyo tou. Dalès se te yon moun senp, ki t ap diskite ak anpil pasyon de metye jounalis lan avè m. Se jenn gason sa a, ki te gen anpil rèv nan tèt li, ki kite nou, sèlman kèk jou apre operasyon l te sot fè nan peyi Kiba. Se yon gwo madoulè pou nou tout, ki te konnen l.

Edner Décime (journaliste, chef de projet) :
J’ai découvert Buteau sur un forum whatsapp de journalistes, qu’on a transformé en club de presse, depuis 2016 : Kominote Enfòmasyon. Il avait le sens critique et faisait un plaidoyer pour la responsabilité sociale du journaliste en contexte haïtien.

Quand il est entré au GM, spécialement AlterRadio, ce fut pour lui un rêve réalisé. Buteau me disait "Edner, ma place est à AlterPresse et AlterRadio. Le Journalisme est là-bas. Je veux intégrer l’équipe". En cette période, AlterRadio ne diffusait qu’en ligne. A AlterRadio, il était dans son environnement, il réalisait son rêve.

Makenzy Devariste (présentateur, technicien) :
Nan ti bout tan mwen genyen nan AlterRadio a, Buteau toujou vin nan estidyo a pou l di m : ‘sa k gen la patizan, ki plelist ou gen jodi a ?’. Misye te toujou souriyan, saj epi sensè. Si jèn epi chaje potansyèl... Men lanati ale ak rèv li, pwojè li ak anpil lòt fakilte mwen pa jwenn chans dekouvri lakay Dalès... Anfen, bon vwayaj vye frè m... Kouraj pou fanmi li, pitit li, san m pa bliye sal nouvèl AlterRadio ak AlterPresse. Bon travèse mon ami… Ke nanm ou repoze an pè.

Wilzer Elizaire (chauffeur, messager) :
Mwen p ap janm bliye tan nou pase ansanm nan AlterRadio ak AlterPresse. Kounye a, ou p ap nan manif avè m ankò. Bon vwayaj. Ale an pè.

Joel Fanfan (journaliste) :
Parler de Dalès en des termes élogieux, ce n’est pas un simple panégyrique, comme il est coutume dans les oraisons funèbres. Pour avoir intégré le Groupe Médialternatif (GM), particulièrement AlterRadio, un mois après moi, j’ai eu le privilège de côtoyer Widson Dalès Buteau, que nous avions préféré appeler par le nom de famille.

Souci du travail bien fait, engagement, bon réflexe, probité, curiosité, culture générale, Buteau avait toutes les qualités d’un bon journaliste. De plus, sur le plan individuel, Buteau était d’une rare bonhomie. Respectueux, calme, attentif, il écrivait à ses collègues pour s’enquérir de leurs nouvelles quand ils/elles n’étaient pas là, comme il l’avait fait pour moi le 9 janvier dernier (2019).

Je regrette de n’avoir pas rencontré cette âme des années plus tôt, avant que la tombe ne nous sépare de lui. Je me réjouis des moments de bonne collaboration, de fous rires, partagés avec lui. La dynamique de travail à AlterRadio et AlterPresse ne sera plus pareille sans Buteau. C’est un euphémisme ! Que son âme repose en paix !

Farah Fortuné (journaliste) :
Jantiy, konpreyansif, sensè, si w di l yon bagay ki pa fè l plezi, apre yon titan li ekri w, li di ‘mwen pa montre sa, men mwen wont anpil wi’. Depi 1:28 rive, li di : ‘Farah ann al fwote lide’ (non yon emisyon). Gen de lè li di : ‘mesyedam sa k pase la a, nou pa sou manje jodi a, apa nou pa fè mouvman’. Si nou pa gen menm pwennvi sou yon sijè, e m ap defann mwen, li di ‘non ti madanm, pa wè l konsa’. Li te toujou ap pale m de fanmi l, sitou pitit gason l. Li te gen gwo pwojè pou li.

Depi premye jou mwen antre AlterRadio, Buteau te mete m alèz. Si gen yon eksplikasyon mwen bezwen, se premye moun mwen al jwenn. Li te toujou ap ankouraje m, konseye m. Nou te vinn bon zanmi. Apre travay, li toujou ekri m mande m si m rive. Chak maten, avan l rive nan travay, li ekri m, epi mande m ‘mwen konnen w konplike nan manje, sa pou m achte pot pou ou’. Pandan fen mwa novanm 2018 lan rive komansman janvye 2019 lan, chak fwa mwen fin fè AlterSport, li fè nwa, li al mete m nan machin. Mwen raple m, yon dimanch, apre emisyon, mwen pa t ka jwenn machin. Li pran moto avè m, mete m lakay mwen epi pou li ale Tabarre lakay li.

Dènye fwa mwen wè li, se te 11 janvye, mwen ap di li : ’Buteau mwen p ap pran w ak tout cheve sa yo lendi’, epi se apre li sot nan estidyo dimanch, li malad. Dènye fwa nou pale, se lendi 11 fevriye, kote l ap di m li ospitalize, li fèb anpil. Apre, mwen ekri l, san repons. Mwen pa gen mo pou m pale de li, epi jan li pral manke m. Men mwen gen esperans nou jwenn nan revelasyon 21:4 la. Gen yon lè k ap rive p ap gen lanmò ankò, e moun p ap nan lapenn ankò, akòz moun pa yo ki mouri.

Smith Griffon (journaliste) :
Chacun de nous sait que la mort est inévitable et incontournable. Mais il est toujours difficile d’admettre que cet inévitable se produise, voire accepter celle d’un proche. La nouvelle du départ de notre collaborateur et ami Dalès Buteau s’est répandue comme une trainée de poudre au niveau du Groupe Medialternatif. Certes, nous savions tous qu’il n’allait pas bien. Après son intervention chirurgicale à Cuba, on se parlait régulièrement au téléphone et il me laissait l’impression qu’il s’en remettait progressivement. Mais Hélas !

Quand une personne chère, comme Buteau, nous quitte, le vide est grand. Et nous sommes tous confrontés à un chagrin et une tristesse sans nom à AlterRadio. Cependant, le malheur d’avoir perdu Buteau ne doit pas nous faire oublier le bonheur de l’avoir connu. Que son âme repose en paix !!!

Marline Jean (journaliste) :
Widson Dalès Buteau, se yon moun ki te renmen pataje. Se yon moun sansib, ki te toujou montre li enkyete lè li wè kè m pa kontan. Se te yon moun, ki te toujou ap souri. Buteau pa t janm neglije ni mezire travay li. Se te yon moun ki te toujou la pou ankouraje m. Widson se te yon kòleg, men sitou yon frè ak yon bon zanmi. Ke nanm li repoze an pè !

Evelyne Jean-Louis (secrétaire exécutive) :
Pandan peryód Dalès pase ak nou, pèsonèlman, m te remake sajès li ak konpreyansyon l. Se te yon moun jantiy, ki te renmen lavi. Li te toujou prè pou kolabore. Li te pran tan l pou l koute, avan li jije. Li pa pale fasil, men poutan li pa t timid. Li te toujou jwenn yon fason dou pou l entèvni, sou kèk sijè nou abòde, nan moman n ap manje ansanm. Jantiyès li, pou l reklame sa ki pou li, se yon bagay ki te make m.

Daphnine Joseph (journaliste) :
Au delà du dynamisme et de la tempérance, qui le caractérisaient, Widson Dalès Buteau savait très bien gérer son rapport avec les autres. Doté d’un humour hallucinant, il a toujours su comment rendre l’atmosphère plus allègre à la salle de rédaction. Je n’ai jamais connu quelqu’un d’aussi flexible et qui soit toujours de bonne humeur.

Parfois, quand j’ai un peu de mal à me fixer sur un sujet, pour le prochain numéro du magazine "Espas Fanm" et que je l’en informe, il me balançait avec un ton ironique : ‘Bagay yo sanble mare nan men w la, Daph !’ Ensuite, il se met à chanter : ‘Nou mele, nou mele Kongo ! Kongo nou mele’. Puis, on éclate de rire.

L’une de ses plus remarquables qualités, c’est qu’il savait apprécier le travail de ses collègues. Toujours prêt à complimenter ou à faire des suggestions. Même débordé dans ses propres attributions, il était attentif aux autres. À AlterRadio, ce ne sera jamais pareil sans lui. Il nous manquera à toutes et à tous. Paix à son âme !

Myrlène Laflèche (intendante) :
Hummmm ! Buteau, ou manke m anpil. Depi w parèt : ‘bonjou Myrlène, nou p ap fè kafe ? Ann fè yon ti kafe non’… Hmmm ! Pa gen tankou lanmò.

Wedly Ludger (cadreur/monteur) :
Li pafwa difisil pou w gade yon lòt anfas pou w di l jan w apresye li... Men si nou te konn jan lanmò ka pase pran nou, san nou pa atann, nou ta dwe di chak moun ki pwòch nou yo jan nou apresye yo, epi jan nou kontan genyen yo bò kote nou. Dalès Buteau pa t sèlman yon kolèg biwo pou mwen. Li te yon zanmi, yon frè tou. Nou pa t pran tan pou nou te pwòch. Nou te toujou konn pran ti kafe nou ansanm, depi li wè mwen pa manje, fò l kite manje pou mwen. Men mwen chita nan biwo a la, nou pa imajine jan m santi m, pou m konnen m p ap janm wè frè sa a ankò. Bondye bay, li pran... Ke nanm li repoze nan lapè.

Eddy Junior Oriental (intendant) :
Dalès Buteau, homme sage, respectueux. Les moments, que nous avons vécus ensemble, font de nous des habitués. Et la mort, qui vient subitement nous séparer, ne saurait casser ce lien. Tu resteras vivant dans mon cœur, dans ma mémoire. Que la terre te soit légère !

Jean-Elie Paul (journaliste) :
Widson Dalès Buteau, plus qu’un ami, un frère. Buteau avait le souci du travail bien fait. Il avait la sensibilité de l’information. Rien ne devait lui échapper. Il aimait la vie, le vivre ensemble. Attentionné, compréhensif, rude travailleur, guerrier, homme de coeur.

Il nourrissait de grands projets personnels. Il rêvait d’un pays, où il fait bon vivre. Pendant 5 mois, nous avions partagé nos défaites, nos pressions, nos joies, ainsi que nos victoires. Nous étions devenus non seulement deux collaborateurs, mais deux frères siamois, qui luttaient pour la même cause. Son savoir était devenu une source d’inspiration pour bon nombre de nos confrères. Que ton âme repose en paix. Tu as combattu le bon combat, ta course est achevée, la couronne de justice et de sagesse t’est réservée. Vas en paix !

Gotson Pierre (coordonnateur du Conseil de gestion) :
Konsa, ou kite nou yon maten tèt chaje. Nou tèt anba. Prezans ou bò kote nou te ba nou ankourajman, li te ranfòse konfyans nou nan posiblite pou kontinye pran inisyativ ak konstwi nan peyi sa a. Nou pataje doulè fanmi w, an patikilye pitit gason w la, ki pèdi yon vrè modèl. Tristès nou san bout.

Madjolah Pierre (chargée de communication et marketing) :
Étant la dernière à intégrer l’équipe de Medialternatif, et c’est là que j’ai connu Buteau, je n’ai pas eu assez de temps pour développer de grandes habitudes avec lui. Cependant, en l’observant dans l’exercice de ses fonctions ou en prenant le lunch tous ensemble, j’ai pu déceler cette gentillesse et ce calme dont il est pourvu.

Premye sa, ki pral fè m pale ak Buteau, se te yon maten mwen di l bonjou epi l pa t reponn (li gen dwa pa t tande tou). Nan apre, mwen di mwen p ap pale avè l, paske m te salye l, li pa t okipe m. Il fallait voir sa tête ! Il s’était confondu en excuses. Depi lò, se li k ap chèche m pou di m bonjou. Ou va mete ti moso souri sou figi zanj yo ak bèl bonjou w Buteau ! Bon travèse !

Vario Sérant (membre du Conseil de gestion) :
Côté individuel : calme, bonne humeur proverbiale.
Côté travail : sens de l’information, rigueur, esprit d’équipe.

Alité depuis quelques semaines, Widson Dales Buteau avait dû se rendre à Cuba pour se faire soigner. Revenu à Port-au-Prince le 8 février 2019 après une opération à l’estomac, il a été transporté d’urgence le 10 février 2019 à l’hôpital ; où il a rendu l’âme le 13 février 2019.

La date des funérailles sera annoncée ultérieurement, a fait savoir sa famille à AlterPresse. [apr18/02/2019 15:00]