Perspectives

Haïti-Crise : Volatilité, incertitude et silence


lundi 11 février 2019

Par Gotson Pierre

P-au-P., 10 févr. 2019 [AlterPresse] --- La situation demeure volatile et incertaine en Haïti au quatrième jour, ce dimanche 10 février 2019, d’un mouvement majeur de manifestations et de blocages, à travers le pays, contre le président Jovenel Moïse, contre la détérioration accélérée des conditions de vie et la corruption.

Alors que le pouvoir paraît complètement absent, les activités étaient extrêmement timides, dimanche, en première partie de la journée et des groupes de protestataires tentaient encore d’installer des barricades sur plusieurs artères à Port-au-Prince, selon des informations recueillies par AlterPresse.

Aucune voix autorisée ne s’est toujours adressée à la population sur des initiatives ou décisions, qui seraient prises au cœur d’une crise qui semble s’aggraver progressivement.

Vague et reflux ?

Les dirigeants, penseraient-ils pouvoir remonter la pente, et parvenir à rétablir le calme après la tempête ? Assimileraient-ils l’apparente explosion sociale à une grosse vague et attendraient-ils patiemment le moment du reflux ?

Le temps jouerait-il en leur faveur, au moment où une partie de l’opposition, jugée modérée, serait en voie de se radicaliser ? Croiraient-ils, comme lors de précédentes poussées, à la manipulation de la population par des acteurs politiques ou économiques ayant des intérêts inavoués.

Durant le week-end, il était impossible pour AlterPresse et AlterRadio de rejoindre des responsables du gouvernement et certains porte-parole n’ont pas souhaité s’exprimer.

Le dialogue sur le brasier ?

Dans un communiqué, le Core Group (composé de la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies, des Ambassadeurs d’Allemagne, du Brésil, du Canada, d’Espagne, des États-Unis d’Amérique, de France, de l’Union Européenne et du Représentant spécial de l’Organisation des États Américains) appelle au dialogue.

"Le changement doit se faire par les urnes, et non par la violence", souligne le Core Group.

Quelle sortie de crise en perspective ? Moïse et son entourage, espèreraient-ils qu’avec l’usure les choses s’arrangeraient naturellement ?

Envisagerait-on un éventuel après-Jovenel Moïse, avec qui des responsables de l’opposition ne souhaitent plus, disent-ils, dialoguer, ce dernier n’inspirant pas confiance ?

On ne connait toujours pas les résultats des négociations, annoncées le 7 février 2019 par le pouvoir, avec des importateurs, pour pouvoir réduire les prix des biens de première nécessité, suite à la chute vertigineuse de la gourde, qui a perdu une vingtaine de points en un an (84.00 ourdes pour 1 dollar américain aujourd’hui).

Des rencontres se multiplient également avec d’autres actrices et acteurs de la société, des pourparlers qui engagent aussi bien le président que le premier ministre Jean Henry Céant.

Situation imprévisible

Dans plusieurs quartiers de Delmas, des détachements de pompiers ont éteint, dimanche, des pneus usagés enflammés en guise de barricades, entre autres, à Delmas 31 et Delmas 40 B, tandis que des riveraines et riverains ont exprimé de sérieuses craintes à se déplacer.

Un calme précaire a été observé dans plusieurs secteurs, au moment où des acheteuses et acheteurs tentaient de s’approvisionner dans certains marchés publics ou quelques supermarchés ouverts, notamment à Pétionville (périphérie est).

Des manifestantes et manifestants ont commencé à se rassembler en milieu de journée au Carrefour de l’aéroport (sur la route périphérique de Delmas), devenu le lieu de rendez-vous des marches anti-gouvernementales. Il y a là un tronçon surélevé, réalisé avec des fonds d’aide vénézuelienne PetroCaribe, dont le gaspillage présumé a suscité un vaste mouvement de demande de reddition de comptes.

Comme à Port-au-Prince, où un mort et un blessé par balle ont été enregistrés le 9 février 2019, la situation ne semble pas différente dans plusieurs villes de province. Ces derniers jours, des incidents violents ont endeuillé notamment les Gonaïves (Nord) et Mirebalais (Plateau central).

Les revendications, mises en avant par les manifestantes et manifestants ou des riveraines et riverains, regroupés autour des barricades, concernent la baisse du coût de la vie et la satisfaction des besoins de base, notamment l’alimentation.

« Nous avons faim, nous n’en pouvons plus, Jovenel doit partir pour nous permettre de souffler », a déclaré à AlterPresse et AlterRadio un jeune père de famille, interrogé, en fin d’après-midi du samedi 9 février 2019, près d’une barricade à l’intersection de Delmas 75.

Les mêmes revendications ont été reprises, par la suite, par des habitantes et habitants de plusieurs quartiers dans la zone métropolitaine sur les antennes d’AlterRadio. Des auditeur\auditrices de plusieurs départements géographiques ont exprimé leur ras-le-bol. [gp apr 10/02/2019 17:30]