Dépêches

Haïti/Troubles politiques : Un mort et un blessé par balles lors de nouvelles tensions


dimanche 10 février 2019

P-au-P, 10 févr. 2019 [AlterPresse] --- Un adolescent de 14 ans, Roberto Baggio Thélusma, tué et un jeune de 21 ans, Stevenson Leonardo Michel, blessé par balles lors d’une nouvelle journée de tension à Port-au-Prince, le samedi 9 février 2019.

Selon le site Kreyòl Enfo, consulté par AlterPresse, l’adolescent a été touché pendant qu’il se dépêchait pour enlever les marchandises de sa mère, étalées devant l’Hôpital général (principal centre hospitalier de la capitale), à la rue Mgr. Guilloux.

D’après le témoignage du professeur Jerry Michel, frère du jeune homme blessé, recueilli par AlterRadio et AlterPresse, c’est un agent du Corps d’intervention et de maintien d’ordre (Cimo) qui aurait fait feu.

Et c’est la même balle, qui aurait blessé au bras Stevenson Leonardo Michel après avoir traversé le corps de l’adolescent.

La capitale haïtienne a vécu, ce samedi 9 février 2019, dans l’après-midi, au rythme de manifestations, barricades de pneus usagés enflammés, tirs nourris et jets de pierres, dans le cadre de la poursuite de la mobilisation populaire pour réclamer la démission de Jovenel Moïse et dénoncer la cherté de la vie, la corruption et l’insécurité.

Très peu de quartiers de l’aire métropolitaine de Port-au-Prince ont été épargnés par ce vent de panique.

La tension était particulièrement vive à Pèlerin, sur la route de Kenscoff (à l’est de Port-au-Prince), le quartier où résidait le président Jovenel Moïse.

Elle l’était également à Kafou Tifou (au centre de Port-au-Prince), où des protestataires ont empêché la livraison des produits pétroliers dans une pompe à essence, menançant de l’incendier.

La plupart des activités demeurent globalement paralysées, le samedi 9 février 2019, dans la zone métropolitaine Port-au-Prince.

Les transports publics fonctionnent très timidement sur les différentes artères, avec la présence de plus de motos-taxis.

La plupart des stations de produits pétroliers ainsi que les banques commerciales restent fermées.

Le commerce formel et informel est également affecté par le climat d’inquiétude et d’incertitude, qui caractérise les événements politiques de début février 2019 en Haïti.

Un nombre important de personnes ont préféré, ce samedi 9 février 2019, rester à leurs domiciles et observer la situation dans leur environnement immédiat.

L’appel du gouvernement de Jean Henry Céant, pour que les citoyennes et citoyens reprennent leurs activités globales, dès l’après-midi et la soirée du 7 février 2019, ne semble pas avoir été entendu.

Les Etats-Unis d’Amérique ont recommandé à leurs ressortissantes et ressortissants de ne pas venir en Haïti, tandis que la France conseille aux leurs d’éviter de circuler en Haïti. [vs apr 10/02/2019 00:58]