Dépêches

Panique, tension, poursuite des troubles politiques le 8 février 2019 en Haïti


vendredi 8 février 2019

P-au-P, 08 févr. 2019 [AlterPresse] --- La vie n’a pas encore repris son cours normal, ce vendredi 8 février 2019, en différents points du territoire national d’Haïti, au lendemain de mobilisations antigouvernementales, parfois violentes, du jeudi 7 février 2019, qui ont fait officiellement 2 morts, plusieurs blessés et arrestations, selon les informations rassemblées par l’agence en ligne AlterPresse.

Des manifestations sont en cours, à la mi-journée, dans plusieurs villes, dont la capitale, Port-au-Prince, Petit-Goâve (département de l’Ouest), Gonaïves (Artibonite / Nord), Jacmel (Sud-Est) et Mirebalais (Plateau central), cette dernière ville ayant été, le 7 février 2019, théâtre d’affrontements entre la Police nationale d’Haïti (Pnh) et des protestataires.

En différents endroits, sont encore érigées, ce 8 février 2019, des barricades de pneus usagés enflammés. Parallèlement, sont lancés, çà et là, des jets de pierres.

La plupart des activités sont globalement paralysées, ce vendredi 8 février 2019, dans la zone métropolitaine de la capitale, Port-au-Prince, et en plusieurs autres villes, en province.

Les transports publics fonctionnent très timidement sur les différentes artères, avec la présence de plus de motos-taxis.

Comme le jeudi 7 février 2019, les portes des écoles publiques et privées restent fermées.

Les stations de produits pétroliers ainsi que les banques commerciales, bondées de clientes et de clients dans l’après-midi du mercredi 6 février 2019, ne sont pas ouvertes.

Le commerce formel et informel est également affecté par le climat d’inquiétude et d’incertitude, qui caractérise les événements politiques de début février 2019 en Haïti.

Certains bureaux et autres services fonctionnent, tout de même, timidement.

Dans plusieurs quartiers, des tirs sporadiques d’armes à feu fusent de temps à autre. Ce qui a découragé plusieurs habitantes et habitants de gagner les rues, pour aller vaquer à différentes activités.

Un nombre important de personnes ont préféré, ce 8 février 2019, rester à leurs domiciles et observer la situation dans leur environnement immédiat.

Dans les quartiers, les boutiques et autres étalages de commerce informel desservent les riveraines et riverains en divers produits, comme le pain, l’huile comestible et d’autres biens essentiels à la consommation.

Il y a plus de véhicules privés à circuler, dans les rues, en dépit des risques divers d’agressions.

L’appel du gouvernement de Jean Henry Céant, pour que les citoyennes et citoyens reprennent leurs activités globales, dès l’après-midi et la soirée du 7 février 2019, ne semble pas avoir été entendu.

Face à l’atmosphère de troubles, beaucoup recommandent la prudence. De nombreuses activités sont renvoyées à la semaine prochaine, en attendant d’éventuels ravitaillements les samedi 9 et dimanche 10 février 2019.

Difficile de prédire quelle sera la couleur du temps politique durant les jours à venir en Haïti. [rc apr 08/02/2019 13:00]