Dépêches

Haïti-Droits humains : La Fondasyon Je Klere déplore une recrudescence des actes de violences à Port-au-Prince


jeudi 31 janvier 2019

P-au-P, 31 janv. 2019 [AlterPresse] --- La Fondasyon Je Klere (Fjkl) déplore une recrudescence des actes de violences dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, dans un communiqué en date du mercredi 30 janvier 2019, transmis à l’agence en ligne AlterPresse.

Le mois de janvier 2019 est « particulièrement caractérisé par une violence ciblée contre des policiers », signale la Fondasyon, tout en condamnant les assassinats "crapuleux" de policiers et des membres de la population civile.

Ces crimes « ne sont pas suivis d’enquête crédible et d’arrestation systématique de suspects ni d’information des services de renseignements susceptibles de décourager les délinquants et de rassurer la population », fustige-t-elle.

Les habitants notamment de Carrefour-feuilles (sud-est de la capitale) et bas de Delmas sont contraints de recourir à des manifestations publiques pour attirer l’attention des responsables sur la gravité de la situation sécuritaire du pays, regrette-t-elle.

6 policiers nationaux sont morts par balles au cours du mois de janvier 2019.

Un mouvement de protestation a eu lieu, dans la matinée du lundi 28 janvier 2019, à Delmas 2, 4 et 6, pour dénoncer les actes d’assassinat perpétrés sur des agents de la Police nationale d’Haïti (Pnh).

Les protestataires ont exprimé leur hostilité face aux dirigeants des organisations de défense des droits de l’homme qui n’ont eu cesse, disent-ils, de critiquer le fonctionnement de l’institution policière à travers leurs rapports.

La Fjkl estime que ces « citoyens - livrés au désespoir - s’en prennent aux organisations de défense des droits humains en raison de leur promptitude à dénoncer les bavures policières au cours d’interventions peu professionnelles réalisées dans des quartiers défavorisés ».

Elle appelle la Pnh à jouer son rôle de gardienne de la loi et des droits humains, en s’assurant de mener des interventions visant à protéger la collectivité contre les agissements des bandits.

« Les interventions des responsables de l’application de la loi doivent se réaliser dans le cadre d’une éthique fondée sur la légalité et le respect des normes internationales en matière de droits de l’homme », souhaite-t-elle.

Elle exhorte la Police à faire preuve de professionnalisme en toute circonstance et à éviter les bavures, les représailles et les dommages collatéraux. [emb apr 31/01/2019 14 :55]