Dépêches

Haïti-Justice : Le Collectif Défenseurs Plus appelle au dialogue pour résoudre la crise au Parquet de Port-au-Prince


lundi 10 décembre 2018

P-au-P, 7 déc. 2018 [AlterPresse] --- Le Collectif Défenseurs Plus appelle les protagonistes au dialogue pour résoudre la crise qui secoue le Parquet de Port-au-Prince, lors d’une conférence de presse, le vendredi 7 décembre 2018, et à laquelle a assisté en ligne AlterPresse.

La paralysie du système judiciaire haïtien est inacceptable et viole les droits des justiciables, critique l’assistant juridique au sein du Collectif Défenseurs Plus, Jemps Deralus.

Environ deux mois après, le Parquet et le Barreau de Port-au-Prince ainsi que le Ministère de la justice n’ont manifesté aucune volonté réelle pour dénouer cette crise, déplore l’institution.

Elle fustige l’indifférence et l’insouciance des protagonistes qui n’ont pas pensé aux personnes en situation de détention.

L’accès à la justice est un droit fondamental établi à travers plusieurs accords ou instruments juridiques nationaux et internationaux, particulièrement la Déclaration Universelle des droits humains de 1948, rappelle-t-elle.

Le Parquet de Port-au-Prince est jusqu’ici dysfonctionnel suite à une altercation entre Berson Soljour, responsable de la Direction départementale de l’Ouest (Ddo), le responsable de greffe du parquet Wilbert Rhau, et un l’avocat Elie Dieps Augustin, survenue le 9 octobre 2018, lors de l’audition du militant politique Shiller Louidor.

Accusé d’avoir frappé un avocat et le greffier en chef du Parquet, Berson Soljour a été, par la suite, remplacé à la tête de la Ddo par son adjoint, le commissaire Idoxy Jean Frenel.

Le cas des avocats Jerry Pétiote et Réginald Févry, deux avocats du barreau de Port-au-Prince, victimes le 4 octobre dernier par des agents de la Pnh affectés au commissariat de Delmas 33, s’ajoute à la liste des causes du gel des activités au Parquet. [mj emb vs apr 07/12/2018 15 :40]