Dépêches

Politique : La démocratie et la paix en péril en Haïti avec l’administration Moise/Céant, déplorent des organisations de la diaspora haïtienne


lundi 10 décembre 2018

P-au-P, 7 déc. 2018 [AlterPresse] --- La démocratie et la paix seraient toujours en péril en Haïti avec l’administration du président Jovenel Moise et du premier ministre Jean-Henry Céant, préviennent plusieurs organisations de la diaspora haïtienne, dans un document transmis à l’agence en ligne AlterPresse.

Ces organisations demandent aux autorités en place de prendre des mesures urgentes pour combattre la vie chère, l’insécurité alimentaire et la misère en Haïti.

Elles réclament aussi des dispositions visant à baisser les prix des produits de première nécessité, des matériaux pour la construction de maisons, des outils pour les travaux agricoles et des engrais.

Haïti fait face à une situation socio-économique difficile où l’inflation atteint les 15%.

Les organisations signataires de la note sont, entre autres, le Renouveau démocratique, le Regroupement des Haïtiens de Montréal contre l’occupation d’Haïti (Rehmonco) et Vision progressiste.

Elles dénoncent la répression du pouvoir en place contre les protestataires qui réclament son départ et la lumière sur l’utilisation de plus trois milliards de dollars (Ndlr : US $ 1.00 = 77.00 gourdes ; 1 euro = 91.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 1.70 gourde aujourd’hui) des fonds PetroCaribe de l’aide vénézuélienne à Haïti des fonds PetroCaribe.

Elles exigent l’arrestation des personnes soupçonnées d’implication dans le gaspillage de ces fonds à travers le rapport de la commission d’enquête du Sénat, leur jugement et la saisie de leurs biens.

Elles indexent le « Core Group » de cautionner les conditions déplorables du pays dans l’unique but de profiter de leur part du gâteau.

Composé de la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies, des Ambassadeurs d’Allemagne, du Brésil, du Canada, d’Espagne, des États-Unis d’Amérique, de France, de l’Union Européenne et du Représentant spécial de l’Organisation des États Américains, le Core Group a toujours été du côté des gouvernements corrompus, par conséquent, il n’est d’aucune utilité pour le pays, fustigent-elles.

L’organisation internationale avait encouragé ’’une concertation inclusive’’ entre tous les acteurs de la vie nationale pour sortir de la crise que traverse le pays, dans un communiqué de presse.

Par ailleurs, les organisations de la diaspora haïtienne ont également condamné les manœuvres de l’opposition qui embrasse les revendications de la population pour atteindre ses propres objectifs.

Une frange de l’opposition prévoit plusieurs journées de mobilisations pour exiger la démission du président Jovenel Moïse sont prévues à Port-au-Prince et dans les villes de provinces, les dimanche 9, lundi 10, dimanche 16 décembre 2018 et mardi 1er janvier 2019. [dj emb vs apr 07/12/2018 13:45]