Dépêches

Haïti/PetroCaribe : Plusieurs blessés par balles lors d’une nouvelle journée de protestation


dimanche 18 novembre 2018

Port-au-Prince, 18 nov. 2018 [AlterPresse] --- Haïti vit une nouvelle journée de manifestation, le dimanche 18 novembre 2018, pour demander où est passé l’argent de PetroCaribe, observe l’agence en ligne AlterPresse.

Cette manifestation s’est déjà soldée par plusieurs blessés par balles. Le vice-délégué de l’arrondisement de Miragoâne, dans le département des Nippes, Daniel Pongnon a été atteint de 2 balles au ventre tandis que son agent de sécurité a été blessé au pied.

Au Cap-Haïtien, dans le département du nord, au moins deux personnes auraient été blessées par balles.

Un homme d’une trentaine d’années, ayant reçu une balle à la tête, au niveau de Pétion-Ville (à l’est de Port-au-Prince), est soigné à l’hôpital.

Un autre manifestant a reçu une balle au pied, au niveau de Delmas 2 (à Port-au-Prince).

Plusieurs autres personnes auraient été blessées par balles à Martissant (secteur sud de Port-au-Prince), selon le responsable de Casec de la 8e section de Martissant, Harrisson Junior Aristide.

La police aurait tiré plusieurs coups de feu, au moment où des manifestantes et manifestants commençaient à se rassembler dans la zone du marché, ajoute le responsable de Casec.

Au Cap-Haïtien (Nord), plusieurs personnes auraient été blessées, lorsque la police aurait tiré plusieurs coups de feu pour disperser les manifestantes et manifestants à la mi-journée de ce dimanche 18 novembre 2018, selon certains témoignages.

Cette manifestation, qui coincide avec le 215e anniversaire de la bataille de Vertières (18 novembre 1803), la bataille décisive qui allait aboutir à la proclamation (le 1er janvier 1804) de l’indépendance d’Haïti, a démarré peu avant 10:00 am (15:00 gmt).

Trois mille policiers nationaux sont déployés dans la zone métropolitaine de la capitale, Port-au-Prince, à l’occasion de cette journée de manifestation populaire.

Parallèlement, Port-au-Prince et plusieurs villes de province affichent un net ralentissement des activités au niveau des transports et du commerce informel.

Le président de la république, Jovenel Moïse, que plusieurs voix de l’opposition politique continuent de réclamer la démission, a, brièvement, dans la matinée de ce dimanche 18 novembre 2018, déposé une gerbe de fleurs, au pied du monument dédié aux héros de Vertières, devant le Musée du Panthéon national (Mupanah), au Champ de Mars (principale place publique de la capitale), sous les quolibets de manifestantes et manifestants, qui commençaient à se rassembler au Champ de Mars.

Jovenel Moïse a annulé un déplacement, qu’il devait effectuer à la Place Vertières, au Cap-Haïtien (Nord), où se tient habituellement la cérémonie officielle de commémoration.

Lors de la journée de manifestation du mercredi 17 octobre 2018, la délégation officielle, qui s’était rendue à Marchand Dessalines, pour la commémoration de 212e annivesaire de l’assassinat du fondateur de l’indépendance, Jean-Jacques Dessalines, a eu du mal à rentrer à Port-au-Prince.

Dans un court message à la nation, sur les ondes de la télévision d’Etat, le dimanche 18 novembre 2018, Jovenel Moïse a appelé tout un chacun à cultiver l’esprit de Vertières, qui devrait, selon lui, inciter à un vrai dialogue contre la corruption.

Abondant dans le même sens, le porte-parole du gouvernement, Pascal Adrien, a rappelé l’appel au calme, lancé par le premier ministre Jean Henry Céant, dès l’annonce de cette manifestation.

« Le symbolisme de Vertières appelle au dialogue, à l’union et à l’entente entre les filles et filles du pays, malgré leurs différences et divergences ».

Pendant que les initiateurs du movement #PetroCaribeChallence se limitent à demander des comptes sur la gestion des fonds PétroCaribe, des partis de l’opposition, qui ont rejoint le mouvement, réclament également le départ du pouvoir du président Jovenel Moïse. [apr 18/11/2018 12:30]