Développement durable

Santé : Vers un plan d’action pour la santé sexuelle et reproductive en Haïti


mardi 6 novembre 2018

P-au-P, 06 nov. 2018 [AlterPresse] --- De concert avec la branche en Haïti du Fonds des Nations unies pour la population (Unfpa), l’Observatoire de la jeunesse haïtienne (Ojh) a présenté, ce mardi 6 novembre 2018, à Port-au-Prince, un plan d’action en faveur de la santé sexuelle et reproductive des jeunes, adolescentes et adolescents.

Ce plan d’action vise un triple objectif : zéro décès maternel, zéro besoin non satisfait en planification familiale et zéro violence basée sur le genre.

Il faut qu’il y ait une responsabilité partagée entre les jeunes (filles et garçons) sur la grossesse précoce, souligne le représentant en Haïti de l’Unfpa, le Luxembourgeois Yves Sassenrath, lors de la présentation de ce plan, à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

La santé sexuelle et reproductive concerne aussi bien les filles que les garçons, qui, une fois devenus parents très jeunes, auront du mal à développer leurs rêves, déclare-t-il.

À travers le plan d’action, l’Ojh envisage de produire une enquête sur le nombre de filles, qui ont dû abandonner l’école à cause de grossesses non désirées.

L’Ojh entend également mener des campagnes de sensibilisation, à travers les réseaux sociaux, sur le planning familial, le mariage des enfants, la violence contre les filles et les femmes, ainsi que sur l’élimination des stéréotypes sexués.

Une adolescente de 15-19 ans sur dix (10 %) a déjà commencé sa vie procréative.

8 % des adolescentes en Haïti sont déjà mères et 2 % étaient actuellement enceintes au moment de la dernière Enquête mortalité, morbidité et utilisation des services (Emmus VI).

27 % des femmes de 15-19 ans sans instruction ont déjà débuté leur vie procréative, par rapport à 6 % de celles ayant un niveau secondaire ou plus.

La présentation du mardi 6 novembre 2018 fait suite à trois journées de formation, organisées les mercredi 26, jeudi 27 et vendredi 28 septembre 2018, sous les auspices de l’Unfpa en Haïti, pour informer les jeunes sur la nécessité de réduire la quantité de grossesses non désirées en Haïti, rappelle le secrétaire général de l’Ojh, Stanley Augustin.

Plusieurs personnalités, dont le sénateur Patrice Dumont et l’ancienne titulaire du Ministère à la condition féminine et aux droits des femmes (Mcfdf), Yannick Innocent, ont pris part à cette activité.

Y étaient également présents des représentants de l’Office de la protection de la citoyenne et du citoyen (Opc), de l’Organisation mondiale de santé (Oms), des ministères de la santé publique et de la population (Mspp), de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (Menfp), de la jeunesse, des sports et de l’action civique (Mjsac) ainsi que des affaires sociales et du travail (Mast). [mj emb rc apr 06/11/2018 15:35]