Dépêches

Haïti-Politique : Jovenel Moïse promet la tenue du procès PetroCaribe


mercredi 17 octobre 2018

P-au-P, 17 oct. 2018 [AlterPresse] --- ’’Personne ne peut enterrer le dossier (de dilapidation des fonds) PetroCaribe’’, déclare le président Jovenel Moïse, dans un discours prononcé sur la place d’Armes de Marchand Dessalinnes (département de l’Artibonite).

’’La bataille contre la corruption est mon combat. Le moment est venu pour quiconque ayant utilisé l’argent de l’Etat de rendre des comptes", affirme le chef de l’Etat, à l’occasion de la cérémonie officielle de commémoration du 212e anniversaire de l’assassinat Jean Jacques Dessalines, père fondateur de la Nation.

Il met en garde contre toute tentative de se servir de cette affaire pour envoyer des innocents en prison, en gardant les coupables en liberté.

Cette lutte contre la corruption permettra de récupérer des ressources pour construire des écoles professionnelles dans toutes les communes du pays, entre autres, souligne-t-il.

Le procès PetroCaribe ne se passera pas comme celui de la consolidation à partir duquel les trois coupables sont devenus ensuite présidents, avertit le chef de l’Etat, appelant la justice à faire son travail.

Réalisé du 20 mars 1903 au 25 décembre 1904, sous l’administration du président Nord Alexis, pour demander des comptes à des comptables de deniers publics, le procès de la Consolidation a provoqué un scandale, à l’époque.

Par ailleurs, le chef de l’Etat appelle à l’union et la lutte contre la division pour changer Haïti, car, dit-il, ’’Riches et pauvres doivent s’unir pour sortir le pays de l’impasse’’.

Avant son discours à Marchand-Dessalines, le président, accompagné du premier ministre Jean Henry Céant a déposé une gerbe de fleurs au pied du monument de l’empereur Jean-Jacques Dessalines, au Pont-Rouge (au nord de la capitale Port-au-Prince), lieu où ce dernier a été assassiné le 17 octobre 1806.

Le président, a laissé les lieux, sous haute escorte policière, dans une atmosphère tendue, suite à une situation de tension, créée par un mouvement de protestations populaires.

Un policier de l’Unité de sécurité générale du palais national (Usgpn) a été blessé, durant le mouvement de panique.

Une atmosphère tendue a régné, spécialement dans la zone métropolitaine de la capitale, Port-au-Prince, mais aussi dans différentes villes en province (Cap-Haïtien, Petit-Goâve, Hinche, Mirebalais, Saint-Marc...), à l’occasion de la mobilisation anticorruption de ce mercredi 17 octobre 2018

Une marée humaine est descendue dans les rues, à Port-au-Prince, Delmas et Pétionville, ainsi que dans diverses villes en province, dans le cadre du mouvement #PetroCaribeChallenge, pour demander des comptes sur l’utilisation des fonds PetroCaribe d’aide vénézuelienne à Haïti.

Ces fonds, estimés à plus de 3 milliards de dollars américains (Ndlr : US $ 1.00 = 72.00 gourdes ; 1 euro = 88.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 1.60 gourde aujourd’hui) ont été gaspillés par de hauts fonctionnaires de l’Etat, entre autres. [emb gp apr 17/10/2018 16 :15]