Perspectives

Nouveau tremblement de terre ressenti, samedi soir 6 octobre 2018, sur l’île d’Haïti - Au moins 11 morts


dimanche 7 octobre 2018

Actualisé le 07 octobre 2018 à 00:45

Par Ronald Colbert

P-au-P, 06 octobre 2018 [AlterPresse] --- Un nouveau tremblement de terre, de magnitude 5.9 sur l’échelle de Richter, a été enregistré sur l’île d’Haïti, dans la soirée du samedi 6 octobre 2018 (vers 8:11 pm locales à Port-au-Prince = 0:11 gmt le dimanche 7 octobre 2018), confirme à AlterPresse l’ingénieur-géologue Claude Preptit, directeur général du Bureau des mines et de l’énergie (Bme).

Au moins 11 personnes ont été tuées et des centaines d’autres blessées, selon des informations fournies par le secrétaire d’État à la communication, Eddy Jackson Alexis, au quotidien Le Nouvelliste.

L’épicentre de ce nouveau tremblement de terre, ce samedi soir 6 octobre 2018, a été localisé à 19 km de l’arrondissement de Port de Paix (département du Nord-Ouest d’Haïti).

La secousse a été ressentie en plusieurs endroits, dans la zone métropolitaine de la capitale, Port-au-Prince, rapportent plusieurs habitantes et habitants.

Au Cap-Haïtien, deuxième ville en importance d’Haïti (à 248 km au nord de Port-au-Prince), plusieurs habitantes et habitants indiquent avoir été pris de panique au moment de la secousse. Ils ont, immédiatement, tenté de laisser leurs maisons, pendant que de légères précipitations étaient enregistrées.

A Plaisance (autre commune du Nord d’Haïti, à 194 km au nord de la capitale), un pan de mur d’une église catholique romaine a été endommagé au cours de la secousse tellurique, selon des sources journalistiques.

Il pleuvait à verse, un peu partout, sur le territoire national de la République d’Haïti, au moment du tremblement de terre de samedi soir 6 octobre 2018.

La secousse tellurique de samedi soir 6 octobre 2018 a également été ressentie dans la capitale Santo Domingo de la République Dominicaine, ainsi qu’à Santiago de Los Caballeros (deuxième ville en importance sur le territoire voisin d’Haïti), La Vega, Dajabon (villes au Nord de la République Dominicaine), selon des témoignages recueillis par AlterPresse.

Ce nouveau tremblement de terre serait d’une intensité quasiment semblable à celui enregistré, récemment (le dimanche 23 septembre 2018), dans les environs de Punta Cana (République Dominicaine).

« L’important, c’est de ne pas céder à la panique. Mais, il faut toujours suivre les instructions, appliquer les consignes et prendre les précautions nécessaires », continue de recommander l’ingénieur-géologue Preptit.

« Même lorsqu’il pleut, les tremblements de terre peuvent également avoir lieu », signale Claude Preptit.

De toute évidence, une secousse de plus forte intensité, que celle de ce samedi soir 06 octobre 2018, aurait pu provoquer des dégâts, voire des tsunamis.

D’où nécessité, pour toutes et tous, en Haïti, de prendre garde et d’être toujours en éveil et en alerte face à l’éventualité de tremblements de terre, qui peuvent survenir à tout moment sur l’île d’Haïti.

Tout de suite après le tremblement de terre de samedi soir 6 octobre 2018, beaucoup de personnes, notamment dans la zone métropolitaine de la capitale, Port-au-Prince, étaient justement sur leurs gardes, se préparant à adopter les comportements responsables en cas de répliques éventuelles.

A l’occasion de ce nouveau tremblement de terre, de ce samedi soir 6 octobre 2018, qui vient, à nouveau, rappeler, à l’attention de toutes et de tous, la permanence des aléas sismiques sur l’île d’Haïti, à côté des risques d’autres catastrophes environnementales, les appels téléphoniques crépitaient, en divers points du territoire national d’Haïti, sur la nécessité d’observer les consignes habituelles, avant, pendant et après un tremblement de terre.

Le tremblement de terre de samedi soir 6 octobre 2018, de magnitude 5.9 sur l’échelle de Richter, survient dans une période de perturbations atmosphériques dans les Caraïbes.

La population en Haïti doit rester vigilante, éviter de traverser les rivières en crue et prendre toutes les précautions nécessaires face aux précipitations, en cours sur plusieurs départements géographiques, appelle, sans cesse, la protection civile depuis plusieurs jours.

Un prochain cyclone tropical potentiel, qui serait nommé Michael, pourrait découler des perturbations atmosphériques actuelles, selon les dernières prévisions météorologiques. [rc apr 06/10/2018 20:35]