Espace Femmes

Politique : La Fédération nationale des maires d’Haïti condamne les violences physiques contre la mairesse principale de Tabarre par son concubin


mercredi 3 octobre 2018

P-au-P, 03 oct. 2018 [AlterPresse] --- La Fédération nationale des maires d’Haïti (Fenamh) condamne, avec la plus grande rigueur, les actes de violences, perpétrées contre la mairesse principale de Tabarre (nord-est de la capitale), Nice Simon, par son concubin, Jean Yves Léonard.

Dans une note de presse, en date du 3 octobre 2018, dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse, la Fenamh parle de « violence inouïe » contre la mairesse principale de Tabarre.

La première citoyenne de Tabarre aurait été vertement injuriée et menacée, après avoir rejeté une proposition de négociation en présence du commissaire du gouvernement de la commune de Croix-des-Bouquets (autre municipalité au nord-est de Port-au-Prince), rapporte la Fenamh.

Quelques heures plus tard, elle allait être « tabassée, humiliée et sauvée de justesse, en empruntant une fenêtre périlleuse du deuxième étage de son domicile », suite à une altercation avec son concubin en sa résidence, en présence du dit commissaire, poursuit-elle.

Des images, circulant sur les réseaux sociaux, montrent des traces de sévices sur le corps de Nice Simon.

La Fenamh exhorte les autorités concernées à donner justice à cette icone nationale, devenue célèbre dans le film « I Love you Anne ».

Elle appelle également à la responsabilité des organisations féministes, des organisations de défense des droits humains, du parlement, du Ministère de l’intérieur et des collectivités territoriales (Mict) et de celui à la condition féminine et aux droits des femmes (Mcfdf), dans ce dossier.

Tout en se disant solidaires de leur collègue, les membres de Fenamh envoient leurs sincères sympathies à ses millions de fans et à ses mandantes et mandants de Tabarre.

Ils exigent, entre autres, des excuses publiques de Jean Yves Léonard envers la mairesse principale de Tabarre ainsi que l’ouverture d’une enquête sur les mobiles, ayant conduit à ce forfait.

La Fédération nationale des maires d’Haïti réclame la mise en mouvement de l’action publique contre l’auteur et complice de cet acte crapuleux, portant atteinte à la dignité, à l’intégrité physique et morale de la mairesse principale de Tabarre.

Il faut également garantir, selon la Fenamh, la sécurité de l’édile principale de Tabarre, pour qu’elle puisse continuer à remplir, sans contrainte, ses fonctions au profit de la population de sa commune. [emb vs apr 03/10/2018 14:45]